OK: Found an XML parser.
OK: Support for GZIP encoding.
OK: Support for character munging.

Notice: MagpieRSS [debug] Returning STALE object for https://coolnspicy.com/category/business/feed in /home/viaspace/public_html/includes/magpierss-0.72/rss_fetch.inc on line 243

Example Output

Channel: Business – Cool N Spicy

RSS URL:

Parsed Results (var_dump'ed)

object(MagpieRSS)#2 (23) {
  ["parser"]=>
  int(0)
  ["current_item"]=>
  array(0) {
  }
  ["items"]=>
  array(10) {
    [0]=>
    array(11) {
      ["title"]=>
      string(151) "Journée des enseignants 20201 : aperçu rare de la vie du Dr Sarvepalli Radhakrishnan en tant qu’éducateur, philosophe, universitaire et diplomate"
      ["link"]=>
      string(184) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/05/journee-des-enseignants-20201-apercu-rare-de-la-vie-du-dr-sarvepalli-radhakrishnan-en-tant-queducateur-philosophe-universitaire-et-diplomate/"
      ["dc"]=>
      array(1) {
        ["creator"]=>
        string(12) "Harry Rivers"
      }
      ["pubdate"]=>
      string(31) "Sun, 05 Sep 2021 05:16:30 +0000"
      ["category"]=>
      string(369) "Businessaperçubonne journée des enseignantsdesdiplomateDr Radhakrishnanenseignantshistoire de la journée des enseignantsimportancejournéejournée des enseignants 2021philosophepourquoi le 5 septembre est célébré comme la journée des enseignantsqu'apprenons-nous de la vie du dr sarvepalli radhakrishnanquéducateurRadhakrishnanRareSarvepallitantuniversitairevie"
      ["guid"]=>
      string(184) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/05/journee-des-enseignants-20201-apercu-rare-de-la-vie-du-dr-sarvepalli-radhakrishnan-en-tant-queducateur-philosophe-universitaire-et-diplomate/"
      ["description"]=>
      string(120) "En Inde, la Journée des enseignants a été célébrée en l’honneur de l’anniversaire de l’ancien..."
      ["content"]=>
      array(1) {
        ["encoded"]=>
        string(9502) "
En Inde, la Journée des enseignants a été célébrée en l’honneur de l’anniversaire de l’ancien président indien, le Dr Sarvepalli Radhakrishnan

Journée des enseignants 2021 : Vous vous demandez pourquoi le 5 septembre est célébré comme la Journée des enseignants ? Non seulement il célèbre et honore l’anniversaire de naissance d’un ancien président, le Dr S. Radhakrishnan, mais il honore également chaque enseignant dont les efforts contribuent à la croissance de l’écosystème éducatif du pays.

En Inde, la profession d’enseignant a toujours été considérée comme une noble vocation. Du premier système Gurukul à l’afflux du modèle occidental d’institutions éducatives, la transformation qui a touché le paysage éducatif indien est phénoménale. Cela a été multiplié à plusieurs reprises pendant la pandémie, même s’il y a des débats continus sur le comblement du gouffre croissant entre ceux qui ont le privilège d’accéder aux classes virtuelles et ceux qui sont moins fortunés.

Comment est née la Journée des enseignants ?

En Inde, la Journée des enseignants a été célébrée en l’honneur de l’anniversaire de l’ancien président de l’Inde, le Dr Sarvepalli Radhakrishnan, un éminent érudit, philosophe, enseignant et une personne douée qui avait consacré sa vie à l’amélioration et à l’amélioration de la qualité de l’éducation en Inde.

Depuis l’année 1962, le 5 septembre a été célébré dans tout le pays comme une journée pour célébrer la Journée des enseignants.

Qu’apprenons-nous de la vie du Dr Sarvepalli Radhakrishnan ?

Dans les mémoires de l’ancien diplomate Maharajakrishna Rasgotra « Une vie dans la diplomatie », qui a reçu les plus grands éloges pour ses idées franches sur la politique étrangère et stratégique de l’Inde, il y a des détails fascinants sur l’extraordinaire génie du Dr Sarvepalli Radhakrishnan. L’ancien diplomate écrit dans ses mémoires : « Lorsqu’il parlait, son auditoire était hypnotisé.

Partageant quelques faits perspicaces et moins connus sur le Dr Sarvepalli Radhakrishnan :

  1. Contemporain de Bertrand Russel, le Dr S. Radhakrishnan était un grand érudit, un humaniste et l’un des orateurs les plus brillants et les plus éloquents sur la fraternité humaine.
  2. Sa connaissance des autres religions et de leurs écritures était sans précédent à l’époque.
  3. En 1936, le Dr S. Radhakrishnan est devenu professeur Spalding de religions orientales et membre du All Souls College, à Oxford.
  4. Son expertise philosophique était telle qu’il a écrit de nombreux livres sur l’hindouisme et le Vedanta et il était mondialement reconnu comme l’un des interprètes les plus respectés et les plus autorisés au monde.

Ascension extraordinaire d’un diplomate qui a impressionné Staline

À un moment où les tensions entre la Russie et les États-Unis s’intensifiaient, le Dr S. Radhakrishnan a été envoyé à Moscou. Son caractère informel, sa simplicité et sa franchise ont touché une corde sensible chez Staline, qui a tenu une réunion avec lui le 15 janvier 1950. Ils ont abordé des questions sensibles où la position de l’Inde a été clairement exprimée avec des réponses appropriées par le Dr S. Radhakrishnan.

Lorsque Staline remarqua que l’autre partie était également responsable, une réponse frappante du Dr S. Radhakrishnan fut qu’il en faut deux pour applaudir et qu’à son avis, « En tant que pays épris de paix, l’Union soviétique devrait retirer sa main car elle prend deux mains pour applaudir.

Les deux hommes ont été impressionnés par la franchise de l’autre. Cette rencontre historique a ouvert la voie à une nouvelle chaleur qui a commencé à caractériser les relations indo-russes.

Fait intéressant, lorsque le Dr S. Radhakrishnan a visité la Russie une deuxième fois après avoir pris le poste de vice-président, il a été personnellement et chaleureusement reçu par Staline sur la base de la confiance et de la bonne volonté qu’il avait entretenues entre les deux nations.

Selon les mémoires de Maharajakrishna Rasgotra, il se réfère à la rencontre du Dr S. Radhakrishnan S avec Staline en ces termes : « Ce furent les premiers résultats de l’impact de la personnalité du Dr S. Radhakrishnan, de sa sincérité et de sa franchise, de sa bonne pensée humaniste et amour de la paix.

Pourquoi le 5 septembre est célébré comme la Journée des enseignants

Depuis les années qui ont vu le mouvement indien de lutte pour la liberté embrasser le changement social par l’éducation, la profession d’enseignant est considérée comme celle qui contribue à l’avenir d’une nation. Le résultat d’un appel si noble est que plusieurs générations de familles indiennes ont considéré l’enseignant avec respect.

Il y a quelques décennies, le rôle d’enseignant était si vénéré que les parents indiens leur disaient qu’ils confiaient l’avenir de leur enfant entre les mains de l’enseignant. Souvent, les enseignants étaient chargés non seulement d’enseigner les leçons en classe, mais ils étaient même persuadés d’écouter les problèmes familiaux d’un enfant comme si une baguette magique suffisait à faire disparaître complètement les défis de l’enfant.

Avec les progrès des nouvelles méthodologies d’enseignement, la relation élève-enseignant a subi un changement radical à travers le monde et l’Inde a également connu l’effet d’entraînement, en particulier pendant la pandémie.

Journée des enseignants : transition de la pré-indépendance à l’époque actuelle

Alors que “The English Teacher” de RK Narayan a apporté une perspective des plus élevées sur le rôle, la responsabilité et les luttes intérieures d’un enseignant, vous pouvez maintenant avancer rapidement vers la sombre réalité montrée dans “Kota Factory”.

Nous comprenons clairement à partir de la série la représentation en gris – des vies ternes et des pressions mentales et physiques rigoureuses endurées à la fois par les étudiants et les enseignants, comment une relation autrefois sacrée semble avoir dépassé les normes conventionnelles d’apprentissage vers quelque chose de plus complexe par le biais d’un concours. -approche basée sur la nouvelle ‘Kota Factory’ comme les systèmes éducatifs, l’afflux d’apprentissage en ligne et plus encore.

Nous sommes aujourd’hui témoins d’une nouvelle ère dans l’éducation où la connaissance elle-même est devenue un bien plus précieux qui définit la «valeur marchande» et les «perspectives de carrière» d’un étudiant au-delà d’un échange d’apprentissage et d’idées basé sur la valeur.

Il est également urgent de tirer des leçons de l’histoire de l’Inde pour comprendre et apprécier comment le paysage éducatif du pays a tiré une formidable résilience culturelle et sociale des années passées.

À une époque où le monde est de plus en plus fracturé par l’émergence de lignes de fracture et d’événements de division qui menacent la paix mondiale, l’héritage d’un grand philosophe et humaniste tel que le Dr S. Radhakrishnan offre à la nation une vision éternelle et universelle de la fraternité de l’humanité. .

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

.

" } ["summary"]=> string(120) "En Inde, la Journée des enseignants a été célébrée en l’honneur de l’anniversaire de l’ancien..." ["atom_content"]=> string(9502) "
En Inde, la Journée des enseignants a été célébrée en l’honneur de l’anniversaire de l’ancien président indien, le Dr Sarvepalli Radhakrishnan

Journée des enseignants 2021 : Vous vous demandez pourquoi le 5 septembre est célébré comme la Journée des enseignants ? Non seulement il célèbre et honore l’anniversaire de naissance d’un ancien président, le Dr S. Radhakrishnan, mais il honore également chaque enseignant dont les efforts contribuent à la croissance de l’écosystème éducatif du pays.

En Inde, la profession d’enseignant a toujours été considérée comme une noble vocation. Du premier système Gurukul à l’afflux du modèle occidental d’institutions éducatives, la transformation qui a touché le paysage éducatif indien est phénoménale. Cela a été multiplié à plusieurs reprises pendant la pandémie, même s’il y a des débats continus sur le comblement du gouffre croissant entre ceux qui ont le privilège d’accéder aux classes virtuelles et ceux qui sont moins fortunés.

Comment est née la Journée des enseignants ?

En Inde, la Journée des enseignants a été célébrée en l’honneur de l’anniversaire de l’ancien président de l’Inde, le Dr Sarvepalli Radhakrishnan, un éminent érudit, philosophe, enseignant et une personne douée qui avait consacré sa vie à l’amélioration et à l’amélioration de la qualité de l’éducation en Inde.

Depuis l’année 1962, le 5 septembre a été célébré dans tout le pays comme une journée pour célébrer la Journée des enseignants.

Qu’apprenons-nous de la vie du Dr Sarvepalli Radhakrishnan ?

Dans les mémoires de l’ancien diplomate Maharajakrishna Rasgotra « Une vie dans la diplomatie », qui a reçu les plus grands éloges pour ses idées franches sur la politique étrangère et stratégique de l’Inde, il y a des détails fascinants sur l’extraordinaire génie du Dr Sarvepalli Radhakrishnan. L’ancien diplomate écrit dans ses mémoires : « Lorsqu’il parlait, son auditoire était hypnotisé.

Partageant quelques faits perspicaces et moins connus sur le Dr Sarvepalli Radhakrishnan :

  1. Contemporain de Bertrand Russel, le Dr S. Radhakrishnan était un grand érudit, un humaniste et l’un des orateurs les plus brillants et les plus éloquents sur la fraternité humaine.
  2. Sa connaissance des autres religions et de leurs écritures était sans précédent à l’époque.
  3. En 1936, le Dr S. Radhakrishnan est devenu professeur Spalding de religions orientales et membre du All Souls College, à Oxford.
  4. Son expertise philosophique était telle qu’il a écrit de nombreux livres sur l’hindouisme et le Vedanta et il était mondialement reconnu comme l’un des interprètes les plus respectés et les plus autorisés au monde.

Ascension extraordinaire d’un diplomate qui a impressionné Staline

À un moment où les tensions entre la Russie et les États-Unis s’intensifiaient, le Dr S. Radhakrishnan a été envoyé à Moscou. Son caractère informel, sa simplicité et sa franchise ont touché une corde sensible chez Staline, qui a tenu une réunion avec lui le 15 janvier 1950. Ils ont abordé des questions sensibles où la position de l’Inde a été clairement exprimée avec des réponses appropriées par le Dr S. Radhakrishnan.

Lorsque Staline remarqua que l’autre partie était également responsable, une réponse frappante du Dr S. Radhakrishnan fut qu’il en faut deux pour applaudir et qu’à son avis, « En tant que pays épris de paix, l’Union soviétique devrait retirer sa main car elle prend deux mains pour applaudir.

Les deux hommes ont été impressionnés par la franchise de l’autre. Cette rencontre historique a ouvert la voie à une nouvelle chaleur qui a commencé à caractériser les relations indo-russes.

Fait intéressant, lorsque le Dr S. Radhakrishnan a visité la Russie une deuxième fois après avoir pris le poste de vice-président, il a été personnellement et chaleureusement reçu par Staline sur la base de la confiance et de la bonne volonté qu’il avait entretenues entre les deux nations.

Selon les mémoires de Maharajakrishna Rasgotra, il se réfère à la rencontre du Dr S. Radhakrishnan S avec Staline en ces termes : « Ce furent les premiers résultats de l’impact de la personnalité du Dr S. Radhakrishnan, de sa sincérité et de sa franchise, de sa bonne pensée humaniste et amour de la paix.

Pourquoi le 5 septembre est célébré comme la Journée des enseignants

Depuis les années qui ont vu le mouvement indien de lutte pour la liberté embrasser le changement social par l’éducation, la profession d’enseignant est considérée comme celle qui contribue à l’avenir d’une nation. Le résultat d’un appel si noble est que plusieurs générations de familles indiennes ont considéré l’enseignant avec respect.

Il y a quelques décennies, le rôle d’enseignant était si vénéré que les parents indiens leur disaient qu’ils confiaient l’avenir de leur enfant entre les mains de l’enseignant. Souvent, les enseignants étaient chargés non seulement d’enseigner les leçons en classe, mais ils étaient même persuadés d’écouter les problèmes familiaux d’un enfant comme si une baguette magique suffisait à faire disparaître complètement les défis de l’enfant.

Avec les progrès des nouvelles méthodologies d’enseignement, la relation élève-enseignant a subi un changement radical à travers le monde et l’Inde a également connu l’effet d’entraînement, en particulier pendant la pandémie.

Journée des enseignants : transition de la pré-indépendance à l’époque actuelle

Alors que “The English Teacher” de RK Narayan a apporté une perspective des plus élevées sur le rôle, la responsabilité et les luttes intérieures d’un enseignant, vous pouvez maintenant avancer rapidement vers la sombre réalité montrée dans “Kota Factory”.

Nous comprenons clairement à partir de la série la représentation en gris – des vies ternes et des pressions mentales et physiques rigoureuses endurées à la fois par les étudiants et les enseignants, comment une relation autrefois sacrée semble avoir dépassé les normes conventionnelles d’apprentissage vers quelque chose de plus complexe par le biais d’un concours. -approche basée sur la nouvelle ‘Kota Factory’ comme les systèmes éducatifs, l’afflux d’apprentissage en ligne et plus encore.

Nous sommes aujourd’hui témoins d’une nouvelle ère dans l’éducation où la connaissance elle-même est devenue un bien plus précieux qui définit la «valeur marchande» et les «perspectives de carrière» d’un étudiant au-delà d’un échange d’apprentissage et d’idées basé sur la valeur.

Il est également urgent de tirer des leçons de l’histoire de l’Inde pour comprendre et apprécier comment le paysage éducatif du pays a tiré une formidable résilience culturelle et sociale des années passées.

À une époque où le monde est de plus en plus fracturé par l’émergence de lignes de fracture et d’événements de division qui menacent la paix mondiale, l’héritage d’un grand philosophe et humaniste tel que le Dr S. Radhakrishnan offre à la nation une vision éternelle et universelle de la fraternité de l’humanité. .

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

.

" ["date_timestamp"]=> int(1630818990) } [1]=> array(11) { ["title"]=> string(211) "Vijaya Diagnostic IPO – Statut de l’abonnement, Détails de l’offre en fonction du prix, Vérification du statut de l’ALLOTATION des investisseurs de détail – LE CHEMIN LE PLUS COURT ! ESB, Kfintech" ["link"]=> string(226) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/05/vijaya-diagnostic-ipo-statut-de-labonnement-details-de-loffre-en-fonction-du-prix-verification-du-statut-de-lallotation-des-investisseurs-de-detail-le-chemin-le-plus-court-esb-kfinte/" ["dc"]=> array(1) { ["creator"]=> string(12) "Harry Rivers" } ["pubdate"]=> string(31) "Sun, 05 Sep 2021 04:14:29 +0000" ["category"]=> string(1098) "BusinessActualités de l'introduction en bourse de Vijaya Diagnostic CenterAllocation d'introduction en bourse de Vijaya DiagnosticCentre de diagnostic VijayaCentre de diagnostic Vijaya limitéecheminCours d'introduction en bourse de Vijaya DiagnosticcourtDate d'attribution de l'introduction en bourse de Vijaya DiagnosticDate d'introduction en bourse de Vijaya DiagnosticDate du centre de diagnostic VijayadesdétailDétailsdiagnosticESBfonctionFourchette de cours de l'action Vijaya Diagnostic IPOGamme de prix Vijaya Diagnosticintroduction en bourseIntroduction en bourse de Vijaya DiagnosticIntroduction en bourse de Vijaya DiagnosticsIntroduction en bourse du centre de diagnostic Vijaya. Gamme de prix d'introduction en bourse du centre de diagnostic VijayainvestisseursipoKfintechlabonnementlALLOTATIONloffremarchésprixPromoteur de diagnostic VijayaSiStatutStatut d'attribution de l'introduction en bourse de Vijaya DiagnosticTaille du problème d'introduction en bourse de Vijaya DiagnosticvérificationVérification de l'état d'attribution des IPO de Vijaya DiagnosticVijayaZee Business" ["guid"]=> string(226) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/05/vijaya-diagnostic-ipo-statut-de-labonnement-details-de-loffre-en-fonction-du-prix-verification-du-statut-de-lallotation-des-investisseurs-de-detail-le-chemin-le-plus-court-esb-kfinte/" ["description"]=> string(107) "Introduction en bourse de Vijaya Diagnostic – Le premier appel public à l’épargne (IPO) de..." ["content"]=> array(1) { ["encoded"]=> string(3882) "

Introduction en bourse de Vijaya Diagnostic – Le premier appel public à l’épargne (IPO) de la chaîne de soins de santé Vijaya Diagnostic Center Limited a pris fin vendredi. Les Retail Individual Investors (RII) ont souscrit à l’émission 1,09 fois selon les données mises à jour sur le NSE. L’attribution des actions devrait être finalisée d’ici le 9 septembre. Si vous avez investi dans cette émission publique, vous pouvez vérifier le statut d’attribution de Vijaya Diagnostic IPO soit via un lien direct en ligne sur l’ESB, soit via le lien direct du registraire Kfintech.

Les Acheteurs Institutionnels Qualifiés (QIB) ont souscrit cette émission 13,07 fois tandis que les investisseurs non institutionnels l’ont souscrite 1,32 fois. Au total, ce numéro a été souscrit 4,54 fois.

Voir Zee Business Live TV Streaming ci-dessous :

Vérification de l’état de l’attribution des IPO du Vijaya Diagnostic Center sur le site Web de KFintech

1) Connectez-vous sur le site Web direct de KFintech — https://ris.kfintech.com/ipostatus/ipos.aspx

2) Sélectionnez l’IPO dans la liste déroulante.

3) Sélectionnez maintenant le numéro de demande/DPID/Client ID/PAN

4) Entrez le numéro de demande suivi du code Captcha

5) Maintenant, cliquez sur l’option « Soumettre » et le statut de votre demande d’introduction en bourse sera disponible sur l’écran de votre ordinateur ou de votre smartphone.

Vérification de l’état d’attribution de l’IPO du Vijaya Diagnostic Center sur le site Web de l’ESB

1) Connectez-vous au lien direct ESB — bseindia.com/investors/appli_check.aspx

2) Maintenant, sélectionnez « Equity » et entrez le nom de l’émission

3) Entrez le numéro de demande et le numéro PAN

4) Cliquez sur la case ci-contre “Je ne suis pas un robot”

5) Cliquez sur l’option « Rechercher » ; et le statut de votre demande d’introduction en bourse deviendra disponible

L’introduction en bourse de trois jours avait des actions disponibles dans une fourchette de prix de 522 à 531 Rs.

IPO Vijaya Diagnostic Center – Calendrier complet

La finalisation sur la base de l’attribution devrait avoir lieu le 9 septembre.
Initiation des remboursements probable le 13 septembre.
Le transfert d’actions sur des comptes demat probable le 14 septembre.
La cotation des actions est probable le 15 septembre.

Les informations ci-dessus sur la chronologie de l’émission proviennent de l’application de la société de courtage Edelweiss.

Voir les détails de l’offre Price Wise :

La taille de l’émission de l’introduction en bourse de Vijaya Diagnostic comprenait des actions par le biais d’une offre de vente (OFS) d’un maximum de 35 688 064 actions. Le type d’émission était la création de livres à 100 pour cent. Remise de Rs 52 par action à la catégorie d’employés éligibles.

.

" } ["summary"]=> string(107) "Introduction en bourse de Vijaya Diagnostic – Le premier appel public à l’épargne (IPO) de..." ["atom_content"]=> string(3882) "

Introduction en bourse de Vijaya Diagnostic – Le premier appel public à l’épargne (IPO) de la chaîne de soins de santé Vijaya Diagnostic Center Limited a pris fin vendredi. Les Retail Individual Investors (RII) ont souscrit à l’émission 1,09 fois selon les données mises à jour sur le NSE. L’attribution des actions devrait être finalisée d’ici le 9 septembre. Si vous avez investi dans cette émission publique, vous pouvez vérifier le statut d’attribution de Vijaya Diagnostic IPO soit via un lien direct en ligne sur l’ESB, soit via le lien direct du registraire Kfintech.

Les Acheteurs Institutionnels Qualifiés (QIB) ont souscrit cette émission 13,07 fois tandis que les investisseurs non institutionnels l’ont souscrite 1,32 fois. Au total, ce numéro a été souscrit 4,54 fois.

Voir Zee Business Live TV Streaming ci-dessous :

Vérification de l’état de l’attribution des IPO du Vijaya Diagnostic Center sur le site Web de KFintech

1) Connectez-vous sur le site Web direct de KFintech — https://ris.kfintech.com/ipostatus/ipos.aspx

2) Sélectionnez l’IPO dans la liste déroulante.

3) Sélectionnez maintenant le numéro de demande/DPID/Client ID/PAN

4) Entrez le numéro de demande suivi du code Captcha

5) Maintenant, cliquez sur l’option « Soumettre » et le statut de votre demande d’introduction en bourse sera disponible sur l’écran de votre ordinateur ou de votre smartphone.

Vérification de l’état d’attribution de l’IPO du Vijaya Diagnostic Center sur le site Web de l’ESB

1) Connectez-vous au lien direct ESB — bseindia.com/investors/appli_check.aspx

2) Maintenant, sélectionnez « Equity » et entrez le nom de l’émission

3) Entrez le numéro de demande et le numéro PAN

4) Cliquez sur la case ci-contre “Je ne suis pas un robot”

5) Cliquez sur l’option « Rechercher » ; et le statut de votre demande d’introduction en bourse deviendra disponible

L’introduction en bourse de trois jours avait des actions disponibles dans une fourchette de prix de 522 à 531 Rs.

IPO Vijaya Diagnostic Center – Calendrier complet

La finalisation sur la base de l’attribution devrait avoir lieu le 9 septembre.
Initiation des remboursements probable le 13 septembre.
Le transfert d’actions sur des comptes demat probable le 14 septembre.
La cotation des actions est probable le 15 septembre.

Les informations ci-dessus sur la chronologie de l’émission proviennent de l’application de la société de courtage Edelweiss.

Voir les détails de l’offre Price Wise :

La taille de l’émission de l’introduction en bourse de Vijaya Diagnostic comprenait des actions par le biais d’une offre de vente (OFS) d’un maximum de 35 688 064 actions. Le type d’émission était la création de livres à 100 pour cent. Remise de Rs 52 par action à la catégorie d’employés éligibles.

.

" ["date_timestamp"]=> int(1630815269) } [2]=> array(11) { ["title"]=> string(140) "Prix ​​de l’or : Métal jaune pour se protéger contre l’inflation, la volatilité ; ces facteurs clés pour faire baisser les prix" ["link"]=> string(180) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/05/prix-%e2%80%8b%e2%80%8bde-lor-metal-jaune-pour-se-proteger-contre-linflation-la-volatilite-ces-facteurs-cles-pour-faire-baisser-les-prix/" ["dc"]=> array(1) { ["creator"]=> string(12) "Harry Rivers" } ["pubdate"]=> string(31) "Sun, 05 Sep 2021 03:43:27 +0000" ["category"]=> string(209) "BusinessbaissercescléscontreCovid-19dollars américainfacteursfaireinflationjauneleslinflationlingotslorMetalmétal jaunemétal précieuxorpourprixprix de l'orprotégerrelance bidentaux d'intérêtvolatilité" ["guid"]=> string(180) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/05/prix-%e2%80%8b%e2%80%8bde-lor-metal-jaune-pour-se-proteger-contre-linflation-la-volatilite-ces-facteurs-cles-pour-faire-baisser-les-prix/" ["description"]=> string(117) "L’or n’est pas une action, une obligation ou une marchandise. C’est la “monnaie de dernier..." ["content"]=> array(1) { ["encoded"]=> string(6966) "
L’or n’est pas une action, une obligation ou une marchandise. C’est la “monnaie de dernier recours”. Image : Reuters

Par Rajesh Cheruvu

Le métal jaune a connu beaucoup de volatilité récemment. Les prix ont atteint un sommet historique de 2069 $ l’once le 6 août 2020, et de là ont été corrigés à des niveaux de 1680 $ en mars 2021. La volatilité est flagrante si l’on considère le mouvement récent où les prix ont corrigé d’environ 80 $ entre le 5 août et le mois d’août. 8e avant de rebondir dans la fourchette actuelle de 1750 à 75 $. Mais, sur une période d’un an, l’or s’est principalement situé dans une fourchette comprise entre 1700 et 1900 $ l’once, si l’on ignore les brefs pics et creux occasionnels. La volatilité à court terme et le « mini krach » ont provoqué une certaine panique parmi les investisseurs. Mais nous devons nous concentrer sur la situation dans son ensemble et non sur les fluctuations à court terme.

L’or n’est pas une action, une obligation ou une marchandise. C’est la “monnaie de dernier recours”. L’USD est une autre forme de monnaie. Quelle est la conclusion à tirer lorsque la relation entre l’or et le dollar est si stable depuis si longtemps ? Soit l’équilibre a été atteint entre les deux meilleures formes de monnaie, soit les problèmes se préparent sous la surface et la stabilité actuelle est simplement le calme avant la tempête.

À court/moyen terme, les taux d’intérêt devraient rester un moteur clé pour l’or. L’impact négatif que des taux plus élevés pourraient potentiellement entraîner devrait être compensé par les conséquences à plus long terme de politiques monétaires et budgétaires accommodantes. Compte tenu de la pression exercée sur le dollar par les taux d’intérêt, les anticipations d’inflation, les flux de capitaux mondiaux, les craintes de pandémie, le dysfonctionnement politique et le ralentissement de la croissance, il n’y a aucune raison qu’un prix stable de l’or en dollars persiste. Ces facteurs, ainsi que des niveaux d’entrée attrayants, peuvent inciter les investisseurs stratégiques à ajouter de l’or à leurs stratégies d’allocation et à soutenir la demande des banques centrales à court ou moyen terme.

La sagesse conventionnelle brosserait un tableau sombre pour les prix de l’or. Le stimulus de Biden déclencherait un boom économique alors même que la production serait limitée par des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et des pénuries de main-d’œuvre alors même que la Fed imprime des milliards de dollars en argent frais. Le résultat serait à la fois une inflation tirée par la demande à partir de l’argent facile et une inflation par les coûts due aux pénuries. La combinaison entraînera des prix plus élevés entraînant des taux d’intérêt plus élevés pour contrôler l’inflation. Ainsi, il en résulte un dollar plus fort et donc un prix en dollars plus bas pour l’or.

Mais, est-ce que l’impression incessante d’argent frais se déplace vers la nouvelle économie ou est-elle bloquée dans des réserves excédentaires de la Fed ? Les vents contraires économiques se traduisent par un taux d’épargne plus élevé et la relance budgétaire ne semble pas avoir l’effet stimulant escompté. Les multiples « vagues » de pandémie et les blocages qui en résultent n’aident pas le rythme de la reprise. En outre, les perturbations de l’approvisionnement semblent être plus temporaires et transitoires et il y a des signes de la même disparition.

Les contre-récits changeants de « l’inflation » et de la « désinflation » se sont poursuivis comme un bras de fer et cela explique pourquoi l’or a évolué dans une fourchette au cours de la dernière année. Il en va de même pour les bons du Trésor qui ont également évolué dans une fourchette de 1 à 1,75%. Les taux de l’or et d’intérêt ont tous deux évolué en sens inverse dans leur fourchette respective au cours de l’année écoulée.

Les prix de l’or montrent généralement une relation inverse beaucoup plus forte avec les rendements des TIPS. L’obligation TIPS (Treasury Inflation-Protected Securities) est le rendement des obligations du Trésor moins le taux d’inflation attendu qui sont des instruments simples mais efficaces pour éliminer l’un des risques les plus importants pour les investissements à revenu fixe : le risque d’inflation. Les rendements des obligations TIPS sont devenus négatifs depuis janvier 2020. Le négatif de 1,18 ces derniers temps a été le plus bas depuis une décennie. Il y a également eu une forte augmentation des contrats nets, de la dette à rendement négatif et du VIX américain. Ainsi, l’or peut servir de couverture contre les pics d’inflation et de volatilité.

(Rajesh Cheruvu, directeur des investissements, Validus Wealth. Les opinions exprimées sont celles de l’auteur.)

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

.

" } ["summary"]=> string(117) "L’or n’est pas une action, une obligation ou une marchandise. C’est la “monnaie de dernier..." ["atom_content"]=> string(6966) "
L’or n’est pas une action, une obligation ou une marchandise. C’est la “monnaie de dernier recours”. Image : Reuters

Par Rajesh Cheruvu

Le métal jaune a connu beaucoup de volatilité récemment. Les prix ont atteint un sommet historique de 2069 $ l’once le 6 août 2020, et de là ont été corrigés à des niveaux de 1680 $ en mars 2021. La volatilité est flagrante si l’on considère le mouvement récent où les prix ont corrigé d’environ 80 $ entre le 5 août et le mois d’août. 8e avant de rebondir dans la fourchette actuelle de 1750 à 75 $. Mais, sur une période d’un an, l’or s’est principalement situé dans une fourchette comprise entre 1700 et 1900 $ l’once, si l’on ignore les brefs pics et creux occasionnels. La volatilité à court terme et le « mini krach » ont provoqué une certaine panique parmi les investisseurs. Mais nous devons nous concentrer sur la situation dans son ensemble et non sur les fluctuations à court terme.

L’or n’est pas une action, une obligation ou une marchandise. C’est la “monnaie de dernier recours”. L’USD est une autre forme de monnaie. Quelle est la conclusion à tirer lorsque la relation entre l’or et le dollar est si stable depuis si longtemps ? Soit l’équilibre a été atteint entre les deux meilleures formes de monnaie, soit les problèmes se préparent sous la surface et la stabilité actuelle est simplement le calme avant la tempête.

À court/moyen terme, les taux d’intérêt devraient rester un moteur clé pour l’or. L’impact négatif que des taux plus élevés pourraient potentiellement entraîner devrait être compensé par les conséquences à plus long terme de politiques monétaires et budgétaires accommodantes. Compte tenu de la pression exercée sur le dollar par les taux d’intérêt, les anticipations d’inflation, les flux de capitaux mondiaux, les craintes de pandémie, le dysfonctionnement politique et le ralentissement de la croissance, il n’y a aucune raison qu’un prix stable de l’or en dollars persiste. Ces facteurs, ainsi que des niveaux d’entrée attrayants, peuvent inciter les investisseurs stratégiques à ajouter de l’or à leurs stratégies d’allocation et à soutenir la demande des banques centrales à court ou moyen terme.

La sagesse conventionnelle brosserait un tableau sombre pour les prix de l’or. Le stimulus de Biden déclencherait un boom économique alors même que la production serait limitée par des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et des pénuries de main-d’œuvre alors même que la Fed imprime des milliards de dollars en argent frais. Le résultat serait à la fois une inflation tirée par la demande à partir de l’argent facile et une inflation par les coûts due aux pénuries. La combinaison entraînera des prix plus élevés entraînant des taux d’intérêt plus élevés pour contrôler l’inflation. Ainsi, il en résulte un dollar plus fort et donc un prix en dollars plus bas pour l’or.

Mais, est-ce que l’impression incessante d’argent frais se déplace vers la nouvelle économie ou est-elle bloquée dans des réserves excédentaires de la Fed ? Les vents contraires économiques se traduisent par un taux d’épargne plus élevé et la relance budgétaire ne semble pas avoir l’effet stimulant escompté. Les multiples « vagues » de pandémie et les blocages qui en résultent n’aident pas le rythme de la reprise. En outre, les perturbations de l’approvisionnement semblent être plus temporaires et transitoires et il y a des signes de la même disparition.

Les contre-récits changeants de « l’inflation » et de la « désinflation » se sont poursuivis comme un bras de fer et cela explique pourquoi l’or a évolué dans une fourchette au cours de la dernière année. Il en va de même pour les bons du Trésor qui ont également évolué dans une fourchette de 1 à 1,75%. Les taux de l’or et d’intérêt ont tous deux évolué en sens inverse dans leur fourchette respective au cours de l’année écoulée.

Les prix de l’or montrent généralement une relation inverse beaucoup plus forte avec les rendements des TIPS. L’obligation TIPS (Treasury Inflation-Protected Securities) est le rendement des obligations du Trésor moins le taux d’inflation attendu qui sont des instruments simples mais efficaces pour éliminer l’un des risques les plus importants pour les investissements à revenu fixe : le risque d’inflation. Les rendements des obligations TIPS sont devenus négatifs depuis janvier 2020. Le négatif de 1,18 ces derniers temps a été le plus bas depuis une décennie. Il y a également eu une forte augmentation des contrats nets, de la dette à rendement négatif et du VIX américain. Ainsi, l’or peut servir de couverture contre les pics d’inflation et de volatilité.

(Rajesh Cheruvu, directeur des investissements, Validus Wealth. Les opinions exprimées sont celles de l’auteur.)

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

.

" ["date_timestamp"]=> int(1630813407) } [3]=> array(11) { ["title"]=> string(117) "Marriott met en garde contre la « lutte pour les talents » alors que les hôtels ont du mal à trouver du personnel" ["link"]=> string(153) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/05/marriott-met-en-garde-contre-la-lutte-pour-les-talents-alors-que-les-hotels-ont-du-mal-a-trouver-du-personnel/" ["dc"]=> array(1) { ["creator"]=> string(12) "Harry Rivers" } ["pubdate"]=> string(31) "Sun, 05 Sep 2021 03:12:26 +0000" ["category"]=> string(83) "BusinessalorscontregardehôtelslesluttemalMarriottmetontpersonnelpourtalentstrouver" ["guid"]=> string(153) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/05/marriott-met-en-garde-contre-la-lutte-pour-les-talents-alors-que-les-hotels-ont-du-mal-a-trouver-du-personnel/" ["description"]=> string(98) "Mises à jour de l’industrie du voyage et des loisirs Inscrivez-vous à myFT Daily Digest..." ["content"]=> array(1) { ["encoded"]=> string(5559) "

Mises à jour de l’industrie du voyage et des loisirs

Le directeur général de Marriott a prévenu que l’entreprise était dans une “lutte pour les talents” alors qu’elle tentait de recruter 10 000 employés dans ses hôtels américains pour suivre le rythme d’un net rebond des réservations.

Tony Capuano, qui a pris la relève après le décès en février de son prédécesseur Arne Sorenson, a déclaré que les licenciements pandémiques avaient «ébranlé» la confiance des travailleurs dans le secteur des voyages et du tourisme, provoquant une grave pénurie de personnel.

“Nous devons faire un travail cohérent pour partager le récit selon lequel il s’agit en fait d’un segment de l’industrie où des carrières incroyables peuvent être construites”, a-t-il déclaré au Financial Times. « La capacité de raconter cette histoire dans le monde entier est plus importante que jamais face à cette lutte pour le talent. »

Marriott, la plus grande société hôtelière au monde, compte environ 10 000 postes vacants dans ses 600 hôtels aux États-Unis.

Capuano a déclaré que le défi était « particulièrement aigu » dans des États tels que la Floride, l’un des marchés qui a rebondi le plus rapidement après la pandémie grâce à la demande croissante de vacances en centre de villégiature.

Les infections à Covid-19 ont augmenté dans l’État pendant les mois d’été de pointe de juillet et août. Fin août, la moyenne mobile sur sept jours de la Floride était de plus de 20 900 nouveaux cas par jour.

Portée par la demande refoulée de vacances et la vigueur du marché intérieur, l’industrie hôtelière américaine a connu son meilleur mois de son histoire en termes de revenus et de tarifs en juillet, selon le fournisseur de données STR.

Mais les hôtels et les restaurants ont dû réduire les heures d’ouverture et les services, avec jusqu’à un cinquième du personnel hôtelier dans le monde, selon certaines estimations, ayant définitivement quitté l’industrie car la volatilité des blocages les a poussés à rechercher des emplois plus stables.

Marriott a été contraint de licencier des dizaines de milliers d’employés de son hôtel et de réduire ses effectifs de 17% en septembre de l’année dernière.

Mais Capuano a déclaré que l’entreprise « embauchait désormais de manière active et agressive », offrant des incitations et des avantages ponctuels, le recrutement étant axé sur les marchés où la demande s’était redressée.

Marriott exploite plus de 7 300 hôtels dans le monde.

Les dirigeants de l’ensemble du secteur ont averti que les pénuries de personnel entraîneraient une augmentation des salaires alors que les entreprises se disputeraient la faible offre de main-d’œuvre.

Mais pour Dimitris Manikis, président Europe, Moyen-Orient et Afrique pour Wyndham Hotels, un salaire plus élevé à lui seul n’incitera pas les gens à rester dans l’industrie.

« La réalité est qu’il ne s’agit déjà pas seulement de salaires », a-t-il déclaré. « Il s’agit d’un package attractif. Vous devez être flexible, vous devez inciter les gens à rester et vous devez trouver un but. »

L’utilisation accrue de la technologie a alimenté les craintes parmi les anciens membres du personnel cherchant à revenir que la numérisation de l’enregistrement et de la commande de nourriture pourrait rendre leurs emplois superflus à long terme.

Robin Rossman, directeur général de STR, a déclaré que « lentement, au fil du temps, vous aurez de moins en moins de personnes qui gèrent un hôtel car vous pouvez le numériser », permettant aux entreprises d’économiser sur les coûts de personnel.

Capuano a déclaré que Marriott était “toujours à la recherche de moyens d’améliorer l’efficacité de nos opérations”, mais que même s’il avait trouvé “des opportunités de redimensionner nos modèles de dotation”, son pipeline de 500 000 chambres signifiait qu’il continuerait de créer des emplois pour des centaines d’employés. .

" } ["summary"]=> string(98) "Mises à jour de l’industrie du voyage et des loisirs Inscrivez-vous à myFT Daily Digest..." ["atom_content"]=> string(5559) "

Mises à jour de l’industrie du voyage et des loisirs

Le directeur général de Marriott a prévenu que l’entreprise était dans une “lutte pour les talents” alors qu’elle tentait de recruter 10 000 employés dans ses hôtels américains pour suivre le rythme d’un net rebond des réservations.

Tony Capuano, qui a pris la relève après le décès en février de son prédécesseur Arne Sorenson, a déclaré que les licenciements pandémiques avaient «ébranlé» la confiance des travailleurs dans le secteur des voyages et du tourisme, provoquant une grave pénurie de personnel.

“Nous devons faire un travail cohérent pour partager le récit selon lequel il s’agit en fait d’un segment de l’industrie où des carrières incroyables peuvent être construites”, a-t-il déclaré au Financial Times. « La capacité de raconter cette histoire dans le monde entier est plus importante que jamais face à cette lutte pour le talent. »

Marriott, la plus grande société hôtelière au monde, compte environ 10 000 postes vacants dans ses 600 hôtels aux États-Unis.

Capuano a déclaré que le défi était « particulièrement aigu » dans des États tels que la Floride, l’un des marchés qui a rebondi le plus rapidement après la pandémie grâce à la demande croissante de vacances en centre de villégiature.

Les infections à Covid-19 ont augmenté dans l’État pendant les mois d’été de pointe de juillet et août. Fin août, la moyenne mobile sur sept jours de la Floride était de plus de 20 900 nouveaux cas par jour.

Portée par la demande refoulée de vacances et la vigueur du marché intérieur, l’industrie hôtelière américaine a connu son meilleur mois de son histoire en termes de revenus et de tarifs en juillet, selon le fournisseur de données STR.

Mais les hôtels et les restaurants ont dû réduire les heures d’ouverture et les services, avec jusqu’à un cinquième du personnel hôtelier dans le monde, selon certaines estimations, ayant définitivement quitté l’industrie car la volatilité des blocages les a poussés à rechercher des emplois plus stables.

Marriott a été contraint de licencier des dizaines de milliers d’employés de son hôtel et de réduire ses effectifs de 17% en septembre de l’année dernière.

Mais Capuano a déclaré que l’entreprise « embauchait désormais de manière active et agressive », offrant des incitations et des avantages ponctuels, le recrutement étant axé sur les marchés où la demande s’était redressée.

Marriott exploite plus de 7 300 hôtels dans le monde.

Les dirigeants de l’ensemble du secteur ont averti que les pénuries de personnel entraîneraient une augmentation des salaires alors que les entreprises se disputeraient la faible offre de main-d’œuvre.

Mais pour Dimitris Manikis, président Europe, Moyen-Orient et Afrique pour Wyndham Hotels, un salaire plus élevé à lui seul n’incitera pas les gens à rester dans l’industrie.

« La réalité est qu’il ne s’agit déjà pas seulement de salaires », a-t-il déclaré. « Il s’agit d’un package attractif. Vous devez être flexible, vous devez inciter les gens à rester et vous devez trouver un but. »

L’utilisation accrue de la technologie a alimenté les craintes parmi les anciens membres du personnel cherchant à revenir que la numérisation de l’enregistrement et de la commande de nourriture pourrait rendre leurs emplois superflus à long terme.

Robin Rossman, directeur général de STR, a déclaré que « lentement, au fil du temps, vous aurez de moins en moins de personnes qui gèrent un hôtel car vous pouvez le numériser », permettant aux entreprises d’économiser sur les coûts de personnel.

Capuano a déclaré que Marriott était “toujours à la recherche de moyens d’améliorer l’efficacité de nos opérations”, mais que même s’il avait trouvé “des opportunités de redimensionner nos modèles de dotation”, son pipeline de 500 000 chambres signifiait qu’il continuerait de créer des emplois pour des centaines d’employés. .

" ["date_timestamp"]=> int(1630811546) } [4]=> array(11) { ["title"]=> string(72) "Cinquième colonne : L’islam indien est spécial, écrit Tavleen Singh" ["link"]=> string(107) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/05/cinquieme-colonne-lislam-indien-est-special-ecrit-tavleen-singh/" ["dc"]=> array(1) { ["creator"]=> string(12) "Harry Rivers" } ["pubdate"]=> string(31) "Sun, 05 Sep 2021 02:10:28 +0000" ["category"]=> string(147) "Businesscinquièmecolonnecongrégation de la mosquéeécritestindienislam indienLislamnaseruddin shahreligion islamique indienneSinghSpecialTavleen" ["guid"]=> string(107) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/05/cinquieme-colonne-lislam-indien-est-special-ecrit-tavleen-singh/" ["description"]=> string(97) "C’était une époque où nous allions aux mushairas et aux concerts tous les deux jours,..." ["content"]=> array(1) { ["encoded"]=> string(9080) "
C’était une époque où nous allions aux mushairas et aux concerts tous les deux jours, une époque où nous allions au dargah de Nizamuddin Aulia le jeudi soir pour écouter des qawwalis et une époque où nous nous levions tôt certains matins pour prendre le petit déjeuner sur ‘nihaari’ dans le restaurant de Karim qui se trouve à l’ombre de la Jama Masjid.

C’était sans doute le commentaire le plus important sur l’Islam qu’un musulman indien ait fait depuis longtemps. Mais, au lieu d’applaudissements, Naseeruddin Shah s’est retrouvé dans la ligne de mire des fanatiques hindous et musulmans. L’acteur, parlant du retour des talibans, a déclaré que les musulmans indiens saluant le retour de “ces barbares” devraient se rappeler que l’islam indien a toujours été différent de l’islam des autres pays et, “que Dieu n’apporte jamais un moment où il change tellement que nous ne pourra pas le reconnaître.

Une attaque de mollahs barbus avec des bleus de prière sur le front n’était pas une surprise. Ce qui m’a surpris, c’est la virulence de l’attaque des trolls Hindutva. Ils se sont moqués de lui sur les réseaux sociaux avec leur méchanceté habituelle, lui rappelant que l’année dernière, il s’était prononcé contre l’atmosphère empoisonnée dans laquelle les musulmans sont contraints de vivre depuis que Narendra Modi est devenu Premier ministre. Il est possible de dire les deux choses parce que les deux choses sont vraies.

Il n’est pas facile d’être musulman dans la « nouvelle » Inde. Au cours du premier mandat de Modi, des éleveurs de bétail et des commerçants de viande ont été ciblés et tués parce qu’ils étaient soupçonnés de manger du bœuf et de trafiquer illégalement des vaches. Au cours de son deuxième mandat, le ciblage s’est étendu au-delà des vaches. Trois semaines après que Modi a pris ses fonctions pour la deuxième fois, Tabrez Ansari, 24 ans, a été attaché à un arbre et forcé de chanter “Jai Shri Ram” tout en étant battu par une foule. Au moment où la police est intervenue, il était presque mort. Il est décédé plus tard des suites de ses blessures. Depuis lors, un modèle a émergé de ce type d’attaque aléatoire. Ces dernières semaines, un conducteur de pousse-pousse électrique a été battu et contraint de chanter « Jai Shri Ram » tandis que sa petite fille s’accrochait à sa jambe en suppliant la foule de s’arrêter. Un vendeur de bracelets a été battu à Indore parce qu’il se trouvait dans une région hindoue. Il a été arrêté le lendemain parce que la fille d’un de ses agresseurs l’avait accusé de l’avoir agressée. Des appels ont été lancés ouvertement pour boycotter les magasins musulmans et une campagne sur les réseaux sociaux demande s’il existe un « complot contre l’Inde » qui fait que les musulmans sont si importants dans le commerce des fruits et légumes.

Parlons maintenant de l’Islam indien. M. Shah a raison lorsqu’il dit qu’il s’agit d’une religion très différente de la religion brutale et barbare que pratiquent les talibans. Les gens de ma génération qui ont grandi dans le nord de l’Inde associent l’islam non pas à la prière cinq fois par jour, mais à la poésie, la littérature, le cinéma et la musique. L’Islam indien n’a pas interdit ces choses. J’ai des souvenirs nostalgiques de Delhi pré-Hindutva. C’était une époque où nous allions aux mushairas et aux concerts tous les deux jours, une époque où nous allions au dargah de Nizamuddin Aulia le jeudi soir pour écouter des qawwalis et une époque où nous nous levions tôt certains matins pour prendre le petit déjeuner sur ‘nihaari’ dans le restaurant de Karim qui se trouve à l’ombre de la Jama Masjid.

M. Shah a raison lorsqu’il dit que l’islam indien est devenu une religion qui s’accommode bien de la modernité. Donc, cela m’a choqué d’entendre un chef de file de l’Hindutva déclarer lors d’une émission aux heures de grande écoute qu’il n’y avait qu’un seul type d’islam et qu’un seul type de musulman. Il a ensuite craché le nombre de versets du Coran qui recommandent la violence contre les infidèles et les incroyants. L’autre foi sémitique qui nous considère comme des « païens » est le christianisme, et il est encore possible de rencontrer des missionnaires en Inde qui nous considèrent comme des « adorateurs du diable ». La différence est que les chrétiens en Inde ont appris à mieux gérer la modernité que les musulmans.

Parmi les musulmans indiens, une régression a commencé à se produire dans les années 90 et un islam fondamentaliste laid s’est répandu à travers l’Inde, faisant sentir sa présence dans le nombre de femmes qui se promenaient soudainement en burqa noire, avec seulement leurs yeux visibles. Après avoir passé de nombreuses années à couvrir notre problème du Cachemire, j’ai d’abord remarqué cela à Srinagar. Puis lors d’un voyage au Tamil Nadu, j’ai remarqué que mon chauffeur de taxi avait une photo d’Oussama Ben Laden sur son tableau de bord et que les femmes tamoules portaient des salwar-kurtas et refusaient de me parler sans la permission de leur Maulana. C’était avant le 11 septembre. Après les attentats du 11 septembre, au début de la guerre mondiale contre le terrorisme, les musulmans indiens, comme les musulmans du monde entier, ont commencé à se considérer comme des victimes et la régression vers cet islam talibanais médiéval s’est accélérée.

M. Shah a raison d’avertir les musulmans indiens de préserver l’islam avec lequel ils ont été élevés en Inde. Il vaut la peine d’être préservé parce que les musulmans indiens ont mieux géré le monde moderne et ont mieux vécu avec des personnes d’autres confessions que les musulmans de partout ailleurs dans le monde. C’est parce qu’ils ont beaucoup appris des religions indiennes qui ne forcent pas les gens à suivre des règles et des règlements qui finissent presque toujours par des prêtres semi-alphabétisés qui décident de votre relation avec Dieu.

Les talibans étant de retour en Afghanistan et le Premier ministre pakistanais déterminé à faire de son pays un fantasme de Médine, les musulmans indiens doivent être très vigilants s’ils veulent préserver leur foi. L’islam en Inde a toujours été différent de l’islam tel qu’il est pratiqué dans d’autres pays. Il a enrichi notre culture en nous donnant certains des meilleurs poètes, musiciens, chanteurs, écrivains et acteurs que nous ayons. Il mérite d’être chéri.

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

.

" } ["summary"]=> string(97) "C’était une époque où nous allions aux mushairas et aux concerts tous les deux jours,..." ["atom_content"]=> string(9080) "
C’était une époque où nous allions aux mushairas et aux concerts tous les deux jours, une époque où nous allions au dargah de Nizamuddin Aulia le jeudi soir pour écouter des qawwalis et une époque où nous nous levions tôt certains matins pour prendre le petit déjeuner sur ‘nihaari’ dans le restaurant de Karim qui se trouve à l’ombre de la Jama Masjid.

C’était sans doute le commentaire le plus important sur l’Islam qu’un musulman indien ait fait depuis longtemps. Mais, au lieu d’applaudissements, Naseeruddin Shah s’est retrouvé dans la ligne de mire des fanatiques hindous et musulmans. L’acteur, parlant du retour des talibans, a déclaré que les musulmans indiens saluant le retour de “ces barbares” devraient se rappeler que l’islam indien a toujours été différent de l’islam des autres pays et, “que Dieu n’apporte jamais un moment où il change tellement que nous ne pourra pas le reconnaître.

Une attaque de mollahs barbus avec des bleus de prière sur le front n’était pas une surprise. Ce qui m’a surpris, c’est la virulence de l’attaque des trolls Hindutva. Ils se sont moqués de lui sur les réseaux sociaux avec leur méchanceté habituelle, lui rappelant que l’année dernière, il s’était prononcé contre l’atmosphère empoisonnée dans laquelle les musulmans sont contraints de vivre depuis que Narendra Modi est devenu Premier ministre. Il est possible de dire les deux choses parce que les deux choses sont vraies.

Il n’est pas facile d’être musulman dans la « nouvelle » Inde. Au cours du premier mandat de Modi, des éleveurs de bétail et des commerçants de viande ont été ciblés et tués parce qu’ils étaient soupçonnés de manger du bœuf et de trafiquer illégalement des vaches. Au cours de son deuxième mandat, le ciblage s’est étendu au-delà des vaches. Trois semaines après que Modi a pris ses fonctions pour la deuxième fois, Tabrez Ansari, 24 ans, a été attaché à un arbre et forcé de chanter “Jai Shri Ram” tout en étant battu par une foule. Au moment où la police est intervenue, il était presque mort. Il est décédé plus tard des suites de ses blessures. Depuis lors, un modèle a émergé de ce type d’attaque aléatoire. Ces dernières semaines, un conducteur de pousse-pousse électrique a été battu et contraint de chanter « Jai Shri Ram » tandis que sa petite fille s’accrochait à sa jambe en suppliant la foule de s’arrêter. Un vendeur de bracelets a été battu à Indore parce qu’il se trouvait dans une région hindoue. Il a été arrêté le lendemain parce que la fille d’un de ses agresseurs l’avait accusé de l’avoir agressée. Des appels ont été lancés ouvertement pour boycotter les magasins musulmans et une campagne sur les réseaux sociaux demande s’il existe un « complot contre l’Inde » qui fait que les musulmans sont si importants dans le commerce des fruits et légumes.

Parlons maintenant de l’Islam indien. M. Shah a raison lorsqu’il dit qu’il s’agit d’une religion très différente de la religion brutale et barbare que pratiquent les talibans. Les gens de ma génération qui ont grandi dans le nord de l’Inde associent l’islam non pas à la prière cinq fois par jour, mais à la poésie, la littérature, le cinéma et la musique. L’Islam indien n’a pas interdit ces choses. J’ai des souvenirs nostalgiques de Delhi pré-Hindutva. C’était une époque où nous allions aux mushairas et aux concerts tous les deux jours, une époque où nous allions au dargah de Nizamuddin Aulia le jeudi soir pour écouter des qawwalis et une époque où nous nous levions tôt certains matins pour prendre le petit déjeuner sur ‘nihaari’ dans le restaurant de Karim qui se trouve à l’ombre de la Jama Masjid.

M. Shah a raison lorsqu’il dit que l’islam indien est devenu une religion qui s’accommode bien de la modernité. Donc, cela m’a choqué d’entendre un chef de file de l’Hindutva déclarer lors d’une émission aux heures de grande écoute qu’il n’y avait qu’un seul type d’islam et qu’un seul type de musulman. Il a ensuite craché le nombre de versets du Coran qui recommandent la violence contre les infidèles et les incroyants. L’autre foi sémitique qui nous considère comme des « païens » est le christianisme, et il est encore possible de rencontrer des missionnaires en Inde qui nous considèrent comme des « adorateurs du diable ». La différence est que les chrétiens en Inde ont appris à mieux gérer la modernité que les musulmans.

Parmi les musulmans indiens, une régression a commencé à se produire dans les années 90 et un islam fondamentaliste laid s’est répandu à travers l’Inde, faisant sentir sa présence dans le nombre de femmes qui se promenaient soudainement en burqa noire, avec seulement leurs yeux visibles. Après avoir passé de nombreuses années à couvrir notre problème du Cachemire, j’ai d’abord remarqué cela à Srinagar. Puis lors d’un voyage au Tamil Nadu, j’ai remarqué que mon chauffeur de taxi avait une photo d’Oussama Ben Laden sur son tableau de bord et que les femmes tamoules portaient des salwar-kurtas et refusaient de me parler sans la permission de leur Maulana. C’était avant le 11 septembre. Après les attentats du 11 septembre, au début de la guerre mondiale contre le terrorisme, les musulmans indiens, comme les musulmans du monde entier, ont commencé à se considérer comme des victimes et la régression vers cet islam talibanais médiéval s’est accélérée.

M. Shah a raison d’avertir les musulmans indiens de préserver l’islam avec lequel ils ont été élevés en Inde. Il vaut la peine d’être préservé parce que les musulmans indiens ont mieux géré le monde moderne et ont mieux vécu avec des personnes d’autres confessions que les musulmans de partout ailleurs dans le monde. C’est parce qu’ils ont beaucoup appris des religions indiennes qui ne forcent pas les gens à suivre des règles et des règlements qui finissent presque toujours par des prêtres semi-alphabétisés qui décident de votre relation avec Dieu.

Les talibans étant de retour en Afghanistan et le Premier ministre pakistanais déterminé à faire de son pays un fantasme de Médine, les musulmans indiens doivent être très vigilants s’ils veulent préserver leur foi. L’islam en Inde a toujours été différent de l’islam tel qu’il est pratiqué dans d’autres pays. Il a enrichi notre culture en nous donnant certains des meilleurs poètes, musiciens, chanteurs, écrivains et acteurs que nous ayons. Il mérite d’être chéri.

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

.

" ["date_timestamp"]=> int(1630807828) } [5]=> array(11) { ["title"]=> string(83) "De l’autre côté de l’allée : non merci au gouvernement, écrit P Chidambaram" ["link"]=> string(114) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/05/de-lautre-cote-de-lallee-non-merci-au-gouvernement-ecrit-p-chidambaram/" ["dc"]=> array(1) { ["creator"]=> string(12) "Harry Rivers" } ["pubdate"]=> string(31) "Sun, 05 Sep 2021 01:08:26 +0000" ["category"]=> string(175) "BusinessChidambaramcôtééconomie indienneécritgouvernementlalléelautremercioffice central des statistiquesPIBrécupération en forme de Vreprise économiquerevenu national" ["guid"]=> string(114) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/05/de-lautre-cote-de-lallee-non-merci-au-gouvernement-ecrit-p-chidambaram/" ["description"]=> string(100) "La police arrête des jeunes au chômage organisant une manifestation à Hyderabad (Image PTI) Le..." ["content"]=> array(1) { ["encoded"]=> string(9184) "
La police arrête des jeunes au chômage organisant une manifestation à Hyderabad (Image PTI)

Le 31 août 2021, les estimations du Bureau central des statistiques (CSO) sur le revenu national ont été annoncées. Le chiffre du PIB était en effet impressionnant — 20,1 pour cent. On s’attendait à ce que « nous, le peuple », soit séduit par les chiffres et la tournure du gouvernement.

Louange aux médias et au peuple (sauf quelques bhakts), ils ont refusé d’être déconcertés par les chiffres et ont rapidement compris la vérité. La vérité était que le taux de croissance du PIB (20,1%) au premier trimestre 2021-2022 était une illusion statistique car la «base» était un creux sans précédent de (-)24,4% au premier trimestre 2020-2021. C’est ce que le Dr Gita Gopinath, économiste en chef du FMI, avait, il y a quelques mois, qualifié de « croissance mathématique ».

Ce que les gens peuvent réaliser

Néanmoins, nous devons saluer la croissance de 20,1 % car elle montre ce qu’un pays et sa population peuvent accomplir malgré un gouvernement insensible et indifférent. Lorsqu’il y a eu une deuxième vague de Covid-19 dans les premières semaines du trimestre (avril-juin 2021), les gouvernements des États ont géré la crise sans arrêter l’économie. La contribution du gouvernement de M. Modi a été son incapacité colossale à gérer l’approvisionnement et l’allocation d’oxygène : la pénurie aiguë pendant plusieurs semaines a causé un grand nombre de décès (ce nombre serait pour chaque décès enregistré au moins 10 qui n’ont pas été enregistrés).

Le taux de croissance de 20,1 pour cent a été mené par les « dépenses de consommation finale privée » de la population. Les gens dépensaient leur argent pour consommer des biens et des services. Il s’élevait à 17 83611 crores de Rs au premier trimestre et a marqué une forte augmentation par rapport aux 14 94 524 crores de Rs dépensés au premier trimestre de l’année dernière lorsque le pays a été touché par la première vague du virus.

Véritable référence

Il existe une autre dépense de consommation finale. C’est au gouvernement. Imaginez ce qui aurait été le résultat si les dépenses publiques avaient suivi le rythme des « dépenses de consommation finale privée ». Le premier est passé de Rs 4,42,618 crore au premier trimestre de l’année dernière à Rs 4,21,471 crore cette année. La contribution du gouvernement au résultat du T1 a donc été négative. Le gouvernement n’a pas non plus pris de mesures efficaces pour stimuler les exportations, qui sont l’un des quatre moteurs de la croissance. Les « exportations nettes » ont également diminué, passant de Rs 34 071 crore au premier trimestre de l’année dernière à (-) Rs 62 084 crore cette année. Le taux de croissance de 20,1 %, bien que mathématique, était dû au peuple et non au gouvernement.

Le gouvernement n’a pas montré l’audace de dépenser et, s’il manquait d’argent, l’audace d’emprunter et de dépenser. Il aurait également dû faire des transferts en espèces à 20 ou 25 pour cent des familles au bas de la pyramide ; avec cet argent, les « dépenses de consommation finale privée » auraient bénéficié d’un grand coup de pouce. Ensemble, l’augmentation des dépenses publiques et l’augmentation de la consommation privée auraient fait grimper le taux de croissance à plus de 25 pour cent et ainsi compensé la baisse de (-)24,4 pour cent l’an dernier.

Les chiffres du premier trimestre de 2021-2022 révèlent également de sérieuses faiblesses dans l’économie. La véritable référence n’est pas 2020-21 (l’année pandémique) mais 2019-20 (l’année pré-pandémique). La production annuelle cette année-là était certes modeste mais néanmoins en hausse. Sommes-nous déjà là? La réponse est non. Regardez les chiffres clés :

Les secteurs clés de l’économie n’ont pas encore atteint le niveau de production de 2019-2020. Le pire, c’est que la production dans ces secteurs est inférieure au niveau de production de l’année précédente, 2018-19. Le seul acteur vedette est « l’agriculture ».

Les chiffres soulignent une autre conclusion qui a été mise en évidence par les observateurs, les sondages et les rapports du CMIE mais que le gouvernement a farouchement contestée : les pertes d’emplois. Des millions d’emplois ont été perdus en 2019-2020 en raison de la baisse continue de l’économie (mauvaise gestion). Davantage d’emplois ont été perdus en 2020-21 (pandémie). Ces emplois perdus ne sont pas revenus en 2021-2022. Souvenez-vous également que la majeure partie de l’emploi se trouve dans le secteur informel et dans les MPME, et les estimations des OSC ne prennent pas en compte, pour le moment, la performance du secteur informel ou des MPME.

Désemparé et timide

La reprise en forme de V est un tour ennuyeux du conseiller économique en chef. Lorsque le taux de croissance trimestriel passe de 5,1 % à (-) 24,4 %, cela sera représenté par l’inclinaison gauche de la lettre « V » et toute petite croissance positive sera représentée par l’inclinaison droite du « V ». Si la petite croissance positive persiste trimestre après trimestre, la bonne pente montera, mais très lentement. C’est une évidence. La vraie question est de savoir quand atteindrons-nous le niveau de PIB d’avant la pandémie enregistré en 2019-2020 ?

Le gouvernement peut faire beaucoup pour accélérer la reprise mais, comme je l’ai souvent dit, il est désemparé et timide. J’ai été agréablement surpris de découvrir qu’un journal avenant a publié un éditorial le 1er septembre sous le titre « Dépenser, gouverner, emprunter et dépenser ». J’approuve ce conseil. C’est la voie d’une reprise économique rapide.

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

.

" } ["summary"]=> string(100) "La police arrête des jeunes au chômage organisant une manifestation à Hyderabad (Image PTI) Le..." ["atom_content"]=> string(9184) "
La police arrête des jeunes au chômage organisant une manifestation à Hyderabad (Image PTI)

Le 31 août 2021, les estimations du Bureau central des statistiques (CSO) sur le revenu national ont été annoncées. Le chiffre du PIB était en effet impressionnant — 20,1 pour cent. On s’attendait à ce que « nous, le peuple », soit séduit par les chiffres et la tournure du gouvernement.

Louange aux médias et au peuple (sauf quelques bhakts), ils ont refusé d’être déconcertés par les chiffres et ont rapidement compris la vérité. La vérité était que le taux de croissance du PIB (20,1%) au premier trimestre 2021-2022 était une illusion statistique car la «base» était un creux sans précédent de (-)24,4% au premier trimestre 2020-2021. C’est ce que le Dr Gita Gopinath, économiste en chef du FMI, avait, il y a quelques mois, qualifié de « croissance mathématique ».

Ce que les gens peuvent réaliser

Néanmoins, nous devons saluer la croissance de 20,1 % car elle montre ce qu’un pays et sa population peuvent accomplir malgré un gouvernement insensible et indifférent. Lorsqu’il y a eu une deuxième vague de Covid-19 dans les premières semaines du trimestre (avril-juin 2021), les gouvernements des États ont géré la crise sans arrêter l’économie. La contribution du gouvernement de M. Modi a été son incapacité colossale à gérer l’approvisionnement et l’allocation d’oxygène : la pénurie aiguë pendant plusieurs semaines a causé un grand nombre de décès (ce nombre serait pour chaque décès enregistré au moins 10 qui n’ont pas été enregistrés).

Le taux de croissance de 20,1 pour cent a été mené par les « dépenses de consommation finale privée » de la population. Les gens dépensaient leur argent pour consommer des biens et des services. Il s’élevait à 17 83611 crores de Rs au premier trimestre et a marqué une forte augmentation par rapport aux 14 94 524 crores de Rs dépensés au premier trimestre de l’année dernière lorsque le pays a été touché par la première vague du virus.

Véritable référence

Il existe une autre dépense de consommation finale. C’est au gouvernement. Imaginez ce qui aurait été le résultat si les dépenses publiques avaient suivi le rythme des « dépenses de consommation finale privée ». Le premier est passé de Rs 4,42,618 crore au premier trimestre de l’année dernière à Rs 4,21,471 crore cette année. La contribution du gouvernement au résultat du T1 a donc été négative. Le gouvernement n’a pas non plus pris de mesures efficaces pour stimuler les exportations, qui sont l’un des quatre moteurs de la croissance. Les « exportations nettes » ont également diminué, passant de Rs 34 071 crore au premier trimestre de l’année dernière à (-) Rs 62 084 crore cette année. Le taux de croissance de 20,1 %, bien que mathématique, était dû au peuple et non au gouvernement.

Le gouvernement n’a pas montré l’audace de dépenser et, s’il manquait d’argent, l’audace d’emprunter et de dépenser. Il aurait également dû faire des transferts en espèces à 20 ou 25 pour cent des familles au bas de la pyramide ; avec cet argent, les « dépenses de consommation finale privée » auraient bénéficié d’un grand coup de pouce. Ensemble, l’augmentation des dépenses publiques et l’augmentation de la consommation privée auraient fait grimper le taux de croissance à plus de 25 pour cent et ainsi compensé la baisse de (-)24,4 pour cent l’an dernier.

Les chiffres du premier trimestre de 2021-2022 révèlent également de sérieuses faiblesses dans l’économie. La véritable référence n’est pas 2020-21 (l’année pandémique) mais 2019-20 (l’année pré-pandémique). La production annuelle cette année-là était certes modeste mais néanmoins en hausse. Sommes-nous déjà là? La réponse est non. Regardez les chiffres clés :

Les secteurs clés de l’économie n’ont pas encore atteint le niveau de production de 2019-2020. Le pire, c’est que la production dans ces secteurs est inférieure au niveau de production de l’année précédente, 2018-19. Le seul acteur vedette est « l’agriculture ».

Les chiffres soulignent une autre conclusion qui a été mise en évidence par les observateurs, les sondages et les rapports du CMIE mais que le gouvernement a farouchement contestée : les pertes d’emplois. Des millions d’emplois ont été perdus en 2019-2020 en raison de la baisse continue de l’économie (mauvaise gestion). Davantage d’emplois ont été perdus en 2020-21 (pandémie). Ces emplois perdus ne sont pas revenus en 2021-2022. Souvenez-vous également que la majeure partie de l’emploi se trouve dans le secteur informel et dans les MPME, et les estimations des OSC ne prennent pas en compte, pour le moment, la performance du secteur informel ou des MPME.

Désemparé et timide

La reprise en forme de V est un tour ennuyeux du conseiller économique en chef. Lorsque le taux de croissance trimestriel passe de 5,1 % à (-) 24,4 %, cela sera représenté par l’inclinaison gauche de la lettre « V » et toute petite croissance positive sera représentée par l’inclinaison droite du « V ». Si la petite croissance positive persiste trimestre après trimestre, la bonne pente montera, mais très lentement. C’est une évidence. La vraie question est de savoir quand atteindrons-nous le niveau de PIB d’avant la pandémie enregistré en 2019-2020 ?

Le gouvernement peut faire beaucoup pour accélérer la reprise mais, comme je l’ai souvent dit, il est désemparé et timide. J’ai été agréablement surpris de découvrir qu’un journal avenant a publié un éditorial le 1er septembre sous le titre « Dépenser, gouverner, emprunter et dépenser ». J’approuve ce conseil. C’est la voie d’une reprise économique rapide.

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

.

" ["date_timestamp"]=> int(1630804106) } [6]=> array(11) { ["title"]=> string(78) "La mise à niveau des sites existants de BSNL vers la 4G à nouveau repoussée" ["link"]=> string(119) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/05/la-mise-a-niveau-des-sites-existants-de-bsnl-vers-la-4g-a-nouveau-repoussee/" ["dc"]=> array(1) { ["creator"]=> string(12) "Harry Rivers" } ["pubdate"]=> string(31) "Sun, 05 Sep 2021 00:06:27 +0000" ["category"]=> string(133) "Businessbsnlbsnl 4gdesexistantsmanque de bande passantemisemise à niveau des sites existants de bsnlniveaunouveaurepousséesitesvers" ["guid"]=> string(119) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/05/la-mise-a-niveau-des-sites-existants-de-bsnl-vers-la-4g-a-nouveau-repoussee/" ["description"]=> string(87) "Selon une nouvelle directive de sécurité qui a été mise en place pour le secteur..." ["content"]=> array(1) { ["encoded"]=> string(6954) "
Selon une nouvelle directive de sécurité qui a été mise en place pour le secteur des télécommunications, tous les opérateurs doivent utiliser des équipements uniquement à partir de ce que le gouvernement appelle des « sources fiables », et pour cette approbation doit être prise par le NSCS.

Les candidats du gouvernement au conseil d’administration de BSNL la semaine dernière, pour la deuxième fois, ont reporté une proposition clé lancée par la société pour mettre à niveau ses sites 2G/3G dans les zones sud et ouest vers la 4G. Le report est intervenu malgré le fait que BSNL ait obtenu le feu vert du Secrétariat du Conseil de sécurité nationale (NSCS) pour mettre à niveau les 13 533 sites dans les deux régions.

Lors d’une précédente réunion du conseil d’administration, étant donné que les candidats du gouvernement avaient évoqué des problèmes de sécurité liés à la proposition de mise à niveau des sites, BSNL s’était cette fois armé d’une approbation du NSCS. Compte tenu de la criticité de la situation, le NSCS a donné son accord pour continuer avec Nokia comme équipementier.

Selon une nouvelle directive de sécurité qui a été mise en place pour le secteur des télécommunications, tous les opérateurs doivent utiliser des équipements uniquement à partir de ce que le gouvernement appelle des « sources fiables », et pour cette approbation doit être prise par le NSCS.

En fait, BSNL CMD PK Purwar avait précédemment écrit au secrétaire aux télécommunications, Anshu Prakash, demandant que les candidats du gouvernement soient avisés de donner leur assentiment à la proposition lors de la réunion du conseil d’administration.

La mise à niveau des sites dans les zones sud et ouest coûtera 567,35 crores de roupies et une fois l’approbation donnée, il faudrait trois à quatre mois pour lancer les services 4G dans ces régions. BSNL fait pression pour la mise à niveau car le déploiement pan-indien du réseau 4G par les entreprises indiennes est confronté à des problèmes.

Le retard de l’appel d’offres régulier de BSNL pour l’appel d’offres 4G est confronté à des retards de finalisation car le gouvernement a établi des directives selon lesquelles seul le «noyau domestique ou le noyau indien» peut être utilisé pour construire le réseau.

Conformément à cette exigence, BSNL a lancé un appel d’offres pour l’achat de 50 000 sites et a émis une lettre d’intention à cinq fournisseurs : TCS, Tech Mahindra, HFCL, L&T et ITI. Cependant, certains problèmes techniques sont apparus, qui doivent être résolus.

Par exemple, en dehors de TCS, d’autres sociétés telles que Tech Mahindra, HFCL et L&T seraient confrontées à des défis avec leur partenaire principal Pertsol. Ces entreprises ont informé BSNL que la réalisation d’essais avec Pertsol pourrait ne pas être couronnée de succès. TCS, pour sa part, a suggéré 128 écarts dans les directives prescrites, qui, selon BSNL, pourraient compromettre ses perspectives commerciales et avoir un impact sur l’expérience client.

Compte tenu du scénario, le déploiement du réseau par les entreprises indiennes ne devrait pas se produire avant 18 à 20 mois. Par conséquent, effectuer la mise à niveau à un coût minimal était le meilleur scénario pour BSNL dans l’intervalle.

La majorité du réseau de BSNL a été déployée par deux fournisseurs – Nokia et ZTE. Mais comme ZTE est une société chinoise et n’est pas enregistrée auprès de l’autorité compétente, BSNL ne peut pas passer de commande dessus. BSNL étant une entreprise publique, doit suivre les règles révisées des règles financières générales (GFR), qui interdisent aux entreprises chinoises de participer aux appels d’offres publics, à moins qu’elles ne soient enregistrées auprès de l’autorité compétente. Mais une commande peut être passée auprès de Nokia, pour laquelle NSCS a donné son accord.

« C’est le moyen le plus rentable d’étendre les services 4G et d’économiser des centaines de crores de dépenses d’investissement. L’ensemble de l’exercice de mise à niveau peut être achevé dans un délai le plus court de 3 à 4 mois sans perturber le réseau et les services existants », a déclaré Purwar dans la lettre au secrétaire des télécommunications, dont une copie a été vue par Financial Express.

L’exercice aiderait également BSNL à augmenter ses revenus, car la zone sud contribue à elle seule à environ 40 % de ses revenus globaux générés par les services mobiles. Purwar a souligné que les abonnés mobiles de l’entreprise sont confrontés à des problèmes de bande passante, ce qui a entraîné un énorme taux de désabonnement principalement en raison de la non-disponibilité des services 4G.

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

.

" } ["summary"]=> string(87) "Selon une nouvelle directive de sécurité qui a été mise en place pour le secteur..." ["atom_content"]=> string(6954) "
Selon une nouvelle directive de sécurité qui a été mise en place pour le secteur des télécommunications, tous les opérateurs doivent utiliser des équipements uniquement à partir de ce que le gouvernement appelle des « sources fiables », et pour cette approbation doit être prise par le NSCS.

Les candidats du gouvernement au conseil d’administration de BSNL la semaine dernière, pour la deuxième fois, ont reporté une proposition clé lancée par la société pour mettre à niveau ses sites 2G/3G dans les zones sud et ouest vers la 4G. Le report est intervenu malgré le fait que BSNL ait obtenu le feu vert du Secrétariat du Conseil de sécurité nationale (NSCS) pour mettre à niveau les 13 533 sites dans les deux régions.

Lors d’une précédente réunion du conseil d’administration, étant donné que les candidats du gouvernement avaient évoqué des problèmes de sécurité liés à la proposition de mise à niveau des sites, BSNL s’était cette fois armé d’une approbation du NSCS. Compte tenu de la criticité de la situation, le NSCS a donné son accord pour continuer avec Nokia comme équipementier.

Selon une nouvelle directive de sécurité qui a été mise en place pour le secteur des télécommunications, tous les opérateurs doivent utiliser des équipements uniquement à partir de ce que le gouvernement appelle des « sources fiables », et pour cette approbation doit être prise par le NSCS.

En fait, BSNL CMD PK Purwar avait précédemment écrit au secrétaire aux télécommunications, Anshu Prakash, demandant que les candidats du gouvernement soient avisés de donner leur assentiment à la proposition lors de la réunion du conseil d’administration.

La mise à niveau des sites dans les zones sud et ouest coûtera 567,35 crores de roupies et une fois l’approbation donnée, il faudrait trois à quatre mois pour lancer les services 4G dans ces régions. BSNL fait pression pour la mise à niveau car le déploiement pan-indien du réseau 4G par les entreprises indiennes est confronté à des problèmes.

Le retard de l’appel d’offres régulier de BSNL pour l’appel d’offres 4G est confronté à des retards de finalisation car le gouvernement a établi des directives selon lesquelles seul le «noyau domestique ou le noyau indien» peut être utilisé pour construire le réseau.

Conformément à cette exigence, BSNL a lancé un appel d’offres pour l’achat de 50 000 sites et a émis une lettre d’intention à cinq fournisseurs : TCS, Tech Mahindra, HFCL, L&T et ITI. Cependant, certains problèmes techniques sont apparus, qui doivent être résolus.

Par exemple, en dehors de TCS, d’autres sociétés telles que Tech Mahindra, HFCL et L&T seraient confrontées à des défis avec leur partenaire principal Pertsol. Ces entreprises ont informé BSNL que la réalisation d’essais avec Pertsol pourrait ne pas être couronnée de succès. TCS, pour sa part, a suggéré 128 écarts dans les directives prescrites, qui, selon BSNL, pourraient compromettre ses perspectives commerciales et avoir un impact sur l’expérience client.

Compte tenu du scénario, le déploiement du réseau par les entreprises indiennes ne devrait pas se produire avant 18 à 20 mois. Par conséquent, effectuer la mise à niveau à un coût minimal était le meilleur scénario pour BSNL dans l’intervalle.

La majorité du réseau de BSNL a été déployée par deux fournisseurs – Nokia et ZTE. Mais comme ZTE est une société chinoise et n’est pas enregistrée auprès de l’autorité compétente, BSNL ne peut pas passer de commande dessus. BSNL étant une entreprise publique, doit suivre les règles révisées des règles financières générales (GFR), qui interdisent aux entreprises chinoises de participer aux appels d’offres publics, à moins qu’elles ne soient enregistrées auprès de l’autorité compétente. Mais une commande peut être passée auprès de Nokia, pour laquelle NSCS a donné son accord.

« C’est le moyen le plus rentable d’étendre les services 4G et d’économiser des centaines de crores de dépenses d’investissement. L’ensemble de l’exercice de mise à niveau peut être achevé dans un délai le plus court de 3 à 4 mois sans perturber le réseau et les services existants », a déclaré Purwar dans la lettre au secrétaire des télécommunications, dont une copie a été vue par Financial Express.

L’exercice aiderait également BSNL à augmenter ses revenus, car la zone sud contribue à elle seule à environ 40 % de ses revenus globaux générés par les services mobiles. Purwar a souligné que les abonnés mobiles de l’entreprise sont confrontés à des problèmes de bande passante, ce qui a entraîné un énorme taux de désabonnement principalement en raison de la non-disponibilité des services 4G.

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

.

" ["date_timestamp"]=> int(1630800387) } [7]=> array(11) { ["title"]=> string(170) "Changement climatique : l’Inde pourrait subir une perte de 6 000 milliards de dollars d’ici 2050 ; Les 5 secteurs les plus touchés représentent plus de 80 % du PIB" ["link"]=> string(199) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/04/changement-climatique-linde-pourrait-subir-une-perte-de-6-000-milliards-de-dollars-dici-2050-les-5-secteurs-les-plus-touches-representent-plus-de-80-du-pib/" ["dc"]=> array(1) { ["creator"]=> string(12) "Harry Rivers" } ["pubdate"]=> string(31) "Sat, 04 Sep 2021 23:04:26 +0000" ["category"]=> string(251) "BusinesschangementChangement climatiqueclimatiqueconditions météorologiques erratiquesdicidollarsimpact du changement climatiquele réchauffement climatiqueleslIndemilliardspertepertes liées au climatPIBpourraitreprésententsecteurssubirtouchésune" ["guid"]=> string(199) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/04/changement-climatique-linde-pourrait-subir-une-perte-de-6-000-milliards-de-dollars-dici-2050-les-5-secteurs-les-plus-touches-representent-plus-de-80-du-pib/" ["description"]=> string(83) "Cela se traduit par des pertes monétaires de plus de 6 000 milliards de dollars..." ["content"]=> array(1) { ["encoded"]=> string(5181) "
Cela se traduit par des pertes monétaires de plus de 6 000 milliards de dollars en termes de valeur actuelle. Dans un tel scénario, les pertes économiques induites par le changement climatique pour l’Inde s’élèveraient à près de 35 000 milliards de dollars au cours de la prochaine moitié du siècle.

L’impact du changement climatique devenant visible à travers des conditions météorologiques erratiques, les analystes ont souligné qu’un réchauffement climatique non atténué peut entraîner des pertes monétaires de l’ordre de 6 000 milliards de dollars d’ici 2050 pour l’Inde. D’autre part, si la tendance actuelle d’investissements substantiels dans les efforts de réduction des émissions se maintient, elle pourrait générer des gains économiques de près de 11 000 milliards de dollars pour l’économie du pays d’ici 2070.

L’économie indienne est fortement exposée aux dommages causés par le changement climatique. Au cours des 50 prochaines années, les cinq industries les plus susceptibles d’être les plus touchées par les pertes liées au climat sont les services, la fabrication, le commerce de détail et le tourisme, la construction et les transports, qui représentent actuellement plus de 80 % du PIB du pays. Le changement climatique devrait également réduire la fiabilité de la production agricole saisonnière, affectant les revenus du secteur qui représente environ 16% du PIB du pays.

Un rapport sur l’action climatique et l’avenir économique récemment publié par Deloitte a souligné que si une voie d’émission est poursuivie où le réchauffement moyen mondial augmente de plus de 3 ° C d’ici 2070, cela « entraînerait des pertes économiques de plus de 6 000 milliards de dollars en valeur actuelle. termes d’ici 2050 — soit environ 6 % du PIB de l’Inde rien qu’en 2050 ».

Cela se traduit par des pertes monétaires de plus de 6 000 milliards de dollars en termes de valeur actuelle. Dans un tel scénario, les pertes économiques induites par le changement climatique pour l’Inde s’élèveraient à près de 35 000 milliards de dollars au cours de la prochaine moitié du siècle.

Pour éviter une telle situation, le pays devrait renoncer à un certain développement économique à court terme en faveur d’investissements importants dans les technologies durables jusqu’en 2030. et le monde héritera », note le rapport. D’autre part, “notre modélisation montre qu’une décarbonisation rapide pourrait générer des gains économiques de près de 11 000 milliards de dollars (en termes de valeur actuelle) pour l’économie indienne d’ici 2070”, indique le rapport.

L’Inde prévoit d’avoir 450 giga-watts (GW) de capacité d’énergie renouvelable installée d’ici 2030, contre 100 GW actuellement. L’investissement mondial dans de nouvelles capacités d’énergie propre devrait dépasser les 10 000 milliards de dollars d’ici le milieu du siècle. En raison des efforts déployés par le pays pour augmenter la part des énergies renouvelables dans le panier énergétique, l’envoyé spécial du président américain pour le climat, John Kerry, a récemment qualifié l’Inde d’« opportunité d’investissement brûlante ».

Le pays a déjà réduit l’intensité des émissions de CO2 de 28 % par rapport aux niveaux de 2005, a déclaré le ministre de l’Énergie de l’Union, RK Singh. L’objectif engagé dans sa contribution prévue déterminée au niveau national (INDC) dans le cadre de l’accord de Paris sur le changement climatique COP21 est une réduction de l’intensité des émissions de 35% par rapport au niveau de 2005 d’ici 2030. Le gouvernement espère dépasser ses engagements INDC bien dans le délai imparti, et s’attend à ce que d’ici 2050, 80 à 85 % de la capacité électrique totale de l’Inde proviendra des énergies renouvelables. Si l’on inclut les 46 GW de centrales hydroélectriques, 38,5% de la capacité de production d’électricité installée en Inde est actuellement basée sur des sources d’énergie renouvelables propres.

.

" } ["summary"]=> string(83) "Cela se traduit par des pertes monétaires de plus de 6 000 milliards de dollars..." ["atom_content"]=> string(5181) "
Cela se traduit par des pertes monétaires de plus de 6 000 milliards de dollars en termes de valeur actuelle. Dans un tel scénario, les pertes économiques induites par le changement climatique pour l’Inde s’élèveraient à près de 35 000 milliards de dollars au cours de la prochaine moitié du siècle.

L’impact du changement climatique devenant visible à travers des conditions météorologiques erratiques, les analystes ont souligné qu’un réchauffement climatique non atténué peut entraîner des pertes monétaires de l’ordre de 6 000 milliards de dollars d’ici 2050 pour l’Inde. D’autre part, si la tendance actuelle d’investissements substantiels dans les efforts de réduction des émissions se maintient, elle pourrait générer des gains économiques de près de 11 000 milliards de dollars pour l’économie du pays d’ici 2070.

L’économie indienne est fortement exposée aux dommages causés par le changement climatique. Au cours des 50 prochaines années, les cinq industries les plus susceptibles d’être les plus touchées par les pertes liées au climat sont les services, la fabrication, le commerce de détail et le tourisme, la construction et les transports, qui représentent actuellement plus de 80 % du PIB du pays. Le changement climatique devrait également réduire la fiabilité de la production agricole saisonnière, affectant les revenus du secteur qui représente environ 16% du PIB du pays.

Un rapport sur l’action climatique et l’avenir économique récemment publié par Deloitte a souligné que si une voie d’émission est poursuivie où le réchauffement moyen mondial augmente de plus de 3 ° C d’ici 2070, cela « entraînerait des pertes économiques de plus de 6 000 milliards de dollars en valeur actuelle. termes d’ici 2050 — soit environ 6 % du PIB de l’Inde rien qu’en 2050 ».

Cela se traduit par des pertes monétaires de plus de 6 000 milliards de dollars en termes de valeur actuelle. Dans un tel scénario, les pertes économiques induites par le changement climatique pour l’Inde s’élèveraient à près de 35 000 milliards de dollars au cours de la prochaine moitié du siècle.

Pour éviter une telle situation, le pays devrait renoncer à un certain développement économique à court terme en faveur d’investissements importants dans les technologies durables jusqu’en 2030. et le monde héritera », note le rapport. D’autre part, “notre modélisation montre qu’une décarbonisation rapide pourrait générer des gains économiques de près de 11 000 milliards de dollars (en termes de valeur actuelle) pour l’économie indienne d’ici 2070”, indique le rapport.

L’Inde prévoit d’avoir 450 giga-watts (GW) de capacité d’énergie renouvelable installée d’ici 2030, contre 100 GW actuellement. L’investissement mondial dans de nouvelles capacités d’énergie propre devrait dépasser les 10 000 milliards de dollars d’ici le milieu du siècle. En raison des efforts déployés par le pays pour augmenter la part des énergies renouvelables dans le panier énergétique, l’envoyé spécial du président américain pour le climat, John Kerry, a récemment qualifié l’Inde d’« opportunité d’investissement brûlante ».

Le pays a déjà réduit l’intensité des émissions de CO2 de 28 % par rapport aux niveaux de 2005, a déclaré le ministre de l’Énergie de l’Union, RK Singh. L’objectif engagé dans sa contribution prévue déterminée au niveau national (INDC) dans le cadre de l’accord de Paris sur le changement climatique COP21 est une réduction de l’intensité des émissions de 35% par rapport au niveau de 2005 d’ici 2030. Le gouvernement espère dépasser ses engagements INDC bien dans le délai imparti, et s’attend à ce que d’ici 2050, 80 à 85 % de la capacité électrique totale de l’Inde proviendra des énergies renouvelables. Si l’on inclut les 46 GW de centrales hydroélectriques, 38,5% de la capacité de production d’électricité installée en Inde est actuellement basée sur des sources d’énergie renouvelables propres.

.

" ["date_timestamp"]=> int(1630796666) } [8]=> array(11) { ["title"]=> string(78) "Sur mesure : un tableau des tailles sur mesure pour les morphologies indiennes" ["link"]=> string(120) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/04/sur-mesure-un-tableau-des-tailles-sur-mesure-pour-les-morphologies-indiennes/" ["dc"]=> array(1) { ["creator"]=> string(12) "Harry Rivers" } ["pubdate"]=> string(31) "Sat, 04 Sep 2021 22:02:29 +0000" ["category"]=> string(138) "Businessbon ajustement dans les vêtementsdesindiatailleindienneslesmesureModemorphologiespourrentrer dans les vêtementssurtableautailles" ["guid"]=> string(120) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/04/sur-mesure-un-tableau-des-tailles-sur-mesure-pour-les-morphologies-indiennes/" ["description"]=> string(83) "Le projet, annoncé plus tôt en février 2019, a été retardé en raison de la..." ["content"]=> array(1) { ["encoded"]=> string(7021) "
Le projet, annoncé plus tôt en février 2019, a été retardé en raison de la pandémie.

Obtenir le bon ajustement dans les vêtements a toujours été un problème pour la plupart des Indiens. Soit vous rendez visite à un excellent tailleur pour obtenir cette paire parfaitement ajustée, soit vous faites un compromis sur une taille UK-12 ou US-14. Toutes ces années, la modification des vêtements a été un phénomène courant, mais avons-nous déjà réalisé le besoin d’une taille qui correspond au type de corps indien ?

L’enquête sur la taille de l’Inde, intitulée INDIAsize, a une solution. Il propose un tableau des tailles standardisé en prêt-à-porter dans lequel 60 à 70 % de la population trouvera la bonne coupe, contre 30 à 40 % actuellement. Il s’agit d’une initiative conjointe du ministère des textiles et de l’Institut national de technologie de la mode (NIFT). L’enquête nationale massive sur les tailles créera une base de données anthropométriques de mesures pour les Indiens, ce qui contribuera davantage à stimuler l’industrie du vêtement au détail. Le projet, annoncé plus tôt en février 2019, a été retardé en raison de la pandémie.

Néanmoins, l’enquête aboutira à la création d’un numéro d’identification de taille pour un client grâce à la cartographie, la catégorisation et la définition de la taille et du type de corps. Il capture plus de 100 points et éléments de données anthropométriques, y compris la taille, le poids, le tour de taille, la taille des hanches, la taille du buste, la mesure du poignet, etc. identifier les tailles qui leur conviennent le mieux. Les résultats auront également des applications dans diverses autres industries où les informations de ces données peuvent produire des produits de conception ergonomique bien adaptés à la population indienne », a déclaré Upendra Prasad Singh (IAS), secrétaire, textiles.

En Inde, la plupart des marques locales adoptent des tableaux de tailles aux États-Unis et au Royaume-Uni, tandis que les marques internationales vendent leurs tailles mondiales. Jusqu’à présent, l’Inde utilisait des tailles internationales, mais elles ne conviennent pas à tout le monde. “Si vous demandez à quelqu’un sa taille, il donnera différentes tailles pour différentes marques, donc ce que nous cherchons est d’avoir une valeur numérique, que je peux récupérer de n’importe où dans le monde”, explique Noopur Anand, professeur et chercheur principal. du projet.

“Ce projet créera non seulement une taille de vêtements standardisée internationalement reconnue pour le consommateur indien et l’industrie mondiale de la mode, mais améliorera également l’ajustement des vêtements pour un confort et une esthétique améliorés parmi les acheteurs indiens, ainsi que d’autres industries indiennes connexes pour développer des produits mieux conçus pour les consommateurs. Désormais, l’accent sera mis sur les vêtements bien ajustés », explique Anand.

Le projet, approuvé par le gouvernement indien et soutenu par le consortium industriel Clothing Manufacturers Association Of India (CMAI), l’association pionnière et la plus représentative de l’industrie indienne du vêtement, implique de mesurer plus de 25 000 personnes dans la tranche d’âge des 15-65 ans. dans six villes (Delhi, Mumbai, Chennai, Hyderabad, Kolkata et Shillong) situées dans six régions de l’Inde, en utilisant une technologie de balayage corporel 3D sans contact et sans danger pour l’homme.

Bien que tous les protocoles de sécurité pendant la pandémie aient été gardés à l’esprit, la combinaison scannée est unique à chaque personne scannée sur la machine. «Il s’agit d’un exercice scientifique dans lequel des données anthropométriques sont collectées à partir d’un échantillon de population, en utilisant une technologie de scanner corporel 3D sans danger pour l’homme pour créer un tableau de tailles standardisé. Celui-ci suivra tous les protocoles internationaux d’enquête nationale sur les tailles et sera un véritable représentant de la population indienne, qui pourra ensuite être adopté par l’industrie du vêtement », a déclaré Shantmanu, directeur général de NIFT. Depuis juillet 2021, NIFT Delhi a collecté les données de plus de 5 000 échantillons dans le cadre de la première étape de la collecte de données. L’étude en cours comprend une représentation de divers groupes d’âge, indice de revenu et origine pour rassembler un tableau de taille standard.

L’enquête est menée avec le soutien de Design Smith et le lieu de la numérisation est Select Citywalk à New Delhi, où un kiosque a été installé pour que les gens expérimentent un scanner corporel 3D. « L’initiative fournira de meilleurs ajustements et une meilleure compréhension des tailles de pansements indiens par rapport aux normes mondiales telles que les tailles américaines et britanniques », a déclaré Yogeshwar Sharma, directeur exécutif et PDG de Select Infrastructure, dont Select Citywalk est le projet phare du groupe.

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

.

" } ["summary"]=> string(83) "Le projet, annoncé plus tôt en février 2019, a été retardé en raison de la..." ["atom_content"]=> string(7021) "
Le projet, annoncé plus tôt en février 2019, a été retardé en raison de la pandémie.

Obtenir le bon ajustement dans les vêtements a toujours été un problème pour la plupart des Indiens. Soit vous rendez visite à un excellent tailleur pour obtenir cette paire parfaitement ajustée, soit vous faites un compromis sur une taille UK-12 ou US-14. Toutes ces années, la modification des vêtements a été un phénomène courant, mais avons-nous déjà réalisé le besoin d’une taille qui correspond au type de corps indien ?

L’enquête sur la taille de l’Inde, intitulée INDIAsize, a une solution. Il propose un tableau des tailles standardisé en prêt-à-porter dans lequel 60 à 70 % de la population trouvera la bonne coupe, contre 30 à 40 % actuellement. Il s’agit d’une initiative conjointe du ministère des textiles et de l’Institut national de technologie de la mode (NIFT). L’enquête nationale massive sur les tailles créera une base de données anthropométriques de mesures pour les Indiens, ce qui contribuera davantage à stimuler l’industrie du vêtement au détail. Le projet, annoncé plus tôt en février 2019, a été retardé en raison de la pandémie.

Néanmoins, l’enquête aboutira à la création d’un numéro d’identification de taille pour un client grâce à la cartographie, la catégorisation et la définition de la taille et du type de corps. Il capture plus de 100 points et éléments de données anthropométriques, y compris la taille, le poids, le tour de taille, la taille des hanches, la taille du buste, la mesure du poignet, etc. identifier les tailles qui leur conviennent le mieux. Les résultats auront également des applications dans diverses autres industries où les informations de ces données peuvent produire des produits de conception ergonomique bien adaptés à la population indienne », a déclaré Upendra Prasad Singh (IAS), secrétaire, textiles.

En Inde, la plupart des marques locales adoptent des tableaux de tailles aux États-Unis et au Royaume-Uni, tandis que les marques internationales vendent leurs tailles mondiales. Jusqu’à présent, l’Inde utilisait des tailles internationales, mais elles ne conviennent pas à tout le monde. “Si vous demandez à quelqu’un sa taille, il donnera différentes tailles pour différentes marques, donc ce que nous cherchons est d’avoir une valeur numérique, que je peux récupérer de n’importe où dans le monde”, explique Noopur Anand, professeur et chercheur principal. du projet.

“Ce projet créera non seulement une taille de vêtements standardisée internationalement reconnue pour le consommateur indien et l’industrie mondiale de la mode, mais améliorera également l’ajustement des vêtements pour un confort et une esthétique améliorés parmi les acheteurs indiens, ainsi que d’autres industries indiennes connexes pour développer des produits mieux conçus pour les consommateurs. Désormais, l’accent sera mis sur les vêtements bien ajustés », explique Anand.

Le projet, approuvé par le gouvernement indien et soutenu par le consortium industriel Clothing Manufacturers Association Of India (CMAI), l’association pionnière et la plus représentative de l’industrie indienne du vêtement, implique de mesurer plus de 25 000 personnes dans la tranche d’âge des 15-65 ans. dans six villes (Delhi, Mumbai, Chennai, Hyderabad, Kolkata et Shillong) situées dans six régions de l’Inde, en utilisant une technologie de balayage corporel 3D sans contact et sans danger pour l’homme.

Bien que tous les protocoles de sécurité pendant la pandémie aient été gardés à l’esprit, la combinaison scannée est unique à chaque personne scannée sur la machine. «Il s’agit d’un exercice scientifique dans lequel des données anthropométriques sont collectées à partir d’un échantillon de population, en utilisant une technologie de scanner corporel 3D sans danger pour l’homme pour créer un tableau de tailles standardisé. Celui-ci suivra tous les protocoles internationaux d’enquête nationale sur les tailles et sera un véritable représentant de la population indienne, qui pourra ensuite être adopté par l’industrie du vêtement », a déclaré Shantmanu, directeur général de NIFT. Depuis juillet 2021, NIFT Delhi a collecté les données de plus de 5 000 échantillons dans le cadre de la première étape de la collecte de données. L’étude en cours comprend une représentation de divers groupes d’âge, indice de revenu et origine pour rassembler un tableau de taille standard.

L’enquête est menée avec le soutien de Design Smith et le lieu de la numérisation est Select Citywalk à New Delhi, où un kiosque a été installé pour que les gens expérimentent un scanner corporel 3D. « L’initiative fournira de meilleurs ajustements et une meilleure compréhension des tailles de pansements indiens par rapport aux normes mondiales telles que les tailles américaines et britanniques », a déclaré Yogeshwar Sharma, directeur exécutif et PDG de Select Infrastructure, dont Select Citywalk est le projet phare du groupe.

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

.

" ["date_timestamp"]=> int(1630792949) } [9]=> array(11) { ["title"]=> string(105) "Les objets de mon livre reflètent le riche mélange qu’est l’Inde d’aujourd’hui : Vidya Dehejia" ["link"]=> string(132) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/04/les-objets-de-mon-livre-refletent-le-riche-melange-quest-linde-daujourdhui-vidya-dehejia/" ["dc"]=> array(1) { ["creator"]=> string(12) "Harry Rivers" } ["pubdate"]=> string(31) "Sat, 04 Sep 2021 21:00:27 +0000" ["category"]=> string(179) "BusinessdaujourdhuiDehejiainterview de vidya dehejial'épisode de l'émission sandip royle spectacle sandip royleslIndelivreMélangemonobjetsQuestreflètentricheVidyaVidya dehejia" ["guid"]=> string(132) "https://coolnspicy.com/business/2021/09/04/les-objets-de-mon-livre-refletent-le-riche-melange-quest-linde-daujourdhui-vidya-dehejia/" ["description"]=> string(95) "Vidya Dehejia Dans cet épisode de The Sandip Roy Show, Vidya Dehejia, Barbara Stoler Miller..." ["content"]=> array(1) { ["encoded"]=> string(10194) "
Vidya Dehejia

Dans cet épisode de The Sandip Roy Show, Vidya Dehejia, Barbara Stoler Miller professeur d’art indien et sud-asiatique à l’Université de Columbia, parle de son nouveau livre, India: A Story Through 100 Objects. Extraits édités :

Sandip : A une époque où l’on semble chercher des raisons de s’offusquer de tout et n’importe quoi, il semble plutôt audacieux d’essayer de raconter une histoire de l’Inde à travers 100 objets.
Vidya: Oui, c’est effectivement un peu audacieux. Au moment où le livre est sorti, j’ai commencé à me rendre compte qu’il contenait un certain nombre de problèmes qui susciteraient l’intérêt et la curiosité des gens et peut-être aussi des objections. Nous sommes constamment entourés d’objets. Que ce soit dans nos maisons ou dans nos bureaux, nous sommes entourés de ces choses, des choses qui permettent notre quotidien, qui les dictent. Ce sont surtout des choses que nous tenons pour acquises. Mais ces objets parlent de nous et ils ont une histoire à raconter, une histoire qui reflète nos valeurs, nos aspirations, nos réalisations au fil du temps, voire nos rêves. Les objets révèlent plus sur nous que nous ne le pensons. Vous entrez dans la maison d’une personne et vous regardez autour de vous et vous formez immédiatement un jugement. Comment choisissez-vous les objets ? C’était la partie la plus difficile.

Je ne pense pas qu’il existe un point de vue purement objectif sur quoi que ce soit. Mais mon idée était de permettre à ces objets d’occuper le devant de la scène et de raconter une histoire.

L’une des choses que je voulais faire était de permettre à ces objets de faire la lumière sur les priorités variables qui sont devenues évidentes au fil du temps, les différents volets de réalisation qui sont apparus au fil des âges et qui ont vraiment créé cela, ce que je considère comme un mélange multiculturel très riche qui est l’Inde d’aujourd’hui.

Sandip : Alors, aviez-vous une idée de l’histoire plus large de l’Inde que vous vouliez raconter et avez-vous trouvé les objets qui correspondent à l’histoire ou l’histoire a-t-elle émergé pour vous à la suite des objets que vous avez choisis ?
Vidya: C’est une question intéressante. Non, je ne suis pas parti d’une histoire et choisi les objets. Mes élèves de Columbia choisissaient aussi des objets et me les envoyaient. Ils étaient tous fascinés. Qu’en est-il de cette chose magnifique? Et puis je dirais qu’il y a tellement de ce genre de choses dans le livre. Je dois l’agrandir pour raconter l’histoire de toute l’Inde. Il ne peut pas être si fortement enraciné ni dans la période moghole ni dans le sud de l’Inde. L’idée était de l’étendre géographiquement, de l’étendre dans le temps. J’ai réalisé qu’il y aurait certainement des objections sur le fait que certains objets n’étaient pas dans ce livre.

Mais je dois dire une chose au sujet des objets que j’ai choisi d’illustrer dans ce volume. Laisser entendre que les plus beaux objets de l’Inde sont tous à l’étranger parce que j’ai choisi des objets dans des musées à l’étranger est un non-sens complet. Nos richesses sont presque entièrement ici dans ce pays. Alors pourquoi ai-je choisi d’illustrer des objets en grande partie issus de collections étrangères ? Parce que nos musées publics et nos autres institutions ne possèdent pas de photographies d’images en haute résolution et elles ne sont pas très communicatives.

Sandip : Vous appelez ce livre l’histoire d’un peuple. En quoi vouliez-vous que ce soit différent de l’histoire de l’Inde que nous apprenons en cours d’histoire à l’école ?
Vidya: Cela inclut des objets de l’élite, mais cela ne devrait pas être entièrement de l’élite. Je ne voulais pas que ce soit une histoire des maharajahs et des ranas et des empereurs et des différents rois. Par exemple, si vous regardez le magnifique ostensoir du tabernacle de Goan en argent. C’est un oiseau saisissant et l’ostensoir, qui représente en quelque sorte l’hostie, est le corps du Christ et le vin est le sang du Christ. Il a été commandé et offert à l’église par quelqu’un qui pouvait se permettre d’avoir créé une énorme chose en argent, mais les gens qui viendraient là-bas seraient des gens ordinaires, des gens qui allaient à l’église et qui pourraient voir cette belle objet.

Ou les beaux bijoux granulés du premier siècle de cette ère créés par un artisan inconnu. Il aurait été commandé et payé par un client fortuné qui aurait voulu le porter. Mais des pièces très similaires se trouvent en Andhra et également près d’Allahabad, dans une large partie du pays. Ce n’est pas seulement de l’embellissement pur ; il a une signification d’un autre type. En Inde, la parure a tellement plus de sens que dans de nombreux autres pays. Il apporte la fortune. Et en fait, si vous êtes sans bijoux, c’est presque considéré comme de mauvais augure.

Sandip : Vous vouliez raconter une histoire sur le type de multiculturalisme qui a toujours fait partie de l’histoire de l’Inde. Comme vous avez cette sculpture indienne qui a été trouvée à Pompéi. Que se passait-il là-bas ?
Vidya: Oui, c’est une belle pièce, elle mesure un peu moins de 10 pouces de hauteur, de l’ivoire, donc un matériau évidemment précieux. Jolie petite figurine d’une femme ornée de manière exubérante, un grand nombre de colliers, des bracelets allant du poignet au coude, des bracelets de cheville du genou à la cheville, magnifique petite pièce. Et, bien sûr, elle est la contrepartie exacte des sculptures en grès des Yakshis sur les premiers stupas, comme Sanchi en Inde centrale près de Bhopal. Au stupa de Sanchi, nous avons une inscription qui parle des sculpteurs d’ivoire de la ville voisine de Vidisha. Nous savons donc que la sculpture sur ivoire s’y déroulait. Et c’est évidemment une pièce créée par ces sculpteurs d’ivoire qui étaient aussi avec les tailleurs de pierre de Sanchi. Et que fait-elle à Pompéi ? Cela fait partie de ce métier extraordinaire. Les premiers siècles, avant notre ère et notre ère, étaient vraiment l’âge de l’entreprise mercantile d’une manière extraordinaire. Nous savons, par exemple, que le poivre était l’un des articles les plus importants provenant d’Inde, et c’était un article prisé à Rome. Nous avons récemment trouvé un livre de recettes romaines de cette période contenant 400 recettes, et seulement cinq d’entre elles n’utilisent pas de poivre.

Pour écouter le podcast complet, rendez-vous sur https://bit.ly/3mUO98D

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

.

" } ["summary"]=> string(95) "Vidya Dehejia Dans cet épisode de The Sandip Roy Show, Vidya Dehejia, Barbara Stoler Miller..." ["atom_content"]=> string(10194) "
Vidya Dehejia

Dans cet épisode de The Sandip Roy Show, Vidya Dehejia, Barbara Stoler Miller professeur d’art indien et sud-asiatique à l’Université de Columbia, parle de son nouveau livre, India: A Story Through 100 Objects. Extraits édités :

Sandip : A une époque où l’on semble chercher des raisons de s’offusquer de tout et n’importe quoi, il semble plutôt audacieux d’essayer de raconter une histoire de l’Inde à travers 100 objets.
Vidya: Oui, c’est effectivement un peu audacieux. Au moment où le livre est sorti, j’ai commencé à me rendre compte qu’il contenait un certain nombre de problèmes qui susciteraient l’intérêt et la curiosité des gens et peut-être aussi des objections. Nous sommes constamment entourés d’objets. Que ce soit dans nos maisons ou dans nos bureaux, nous sommes entourés de ces choses, des choses qui permettent notre quotidien, qui les dictent. Ce sont surtout des choses que nous tenons pour acquises. Mais ces objets parlent de nous et ils ont une histoire à raconter, une histoire qui reflète nos valeurs, nos aspirations, nos réalisations au fil du temps, voire nos rêves. Les objets révèlent plus sur nous que nous ne le pensons. Vous entrez dans la maison d’une personne et vous regardez autour de vous et vous formez immédiatement un jugement. Comment choisissez-vous les objets ? C’était la partie la plus difficile.

Je ne pense pas qu’il existe un point de vue purement objectif sur quoi que ce soit. Mais mon idée était de permettre à ces objets d’occuper le devant de la scène et de raconter une histoire.

L’une des choses que je voulais faire était de permettre à ces objets de faire la lumière sur les priorités variables qui sont devenues évidentes au fil du temps, les différents volets de réalisation qui sont apparus au fil des âges et qui ont vraiment créé cela, ce que je considère comme un mélange multiculturel très riche qui est l’Inde d’aujourd’hui.

Sandip : Alors, aviez-vous une idée de l’histoire plus large de l’Inde que vous vouliez raconter et avez-vous trouvé les objets qui correspondent à l’histoire ou l’histoire a-t-elle émergé pour vous à la suite des objets que vous avez choisis ?
Vidya: C’est une question intéressante. Non, je ne suis pas parti d’une histoire et choisi les objets. Mes élèves de Columbia choisissaient aussi des objets et me les envoyaient. Ils étaient tous fascinés. Qu’en est-il de cette chose magnifique? Et puis je dirais qu’il y a tellement de ce genre de choses dans le livre. Je dois l’agrandir pour raconter l’histoire de toute l’Inde. Il ne peut pas être si fortement enraciné ni dans la période moghole ni dans le sud de l’Inde. L’idée était de l’étendre géographiquement, de l’étendre dans le temps. J’ai réalisé qu’il y aurait certainement des objections sur le fait que certains objets n’étaient pas dans ce livre.

Mais je dois dire une chose au sujet des objets que j’ai choisi d’illustrer dans ce volume. Laisser entendre que les plus beaux objets de l’Inde sont tous à l’étranger parce que j’ai choisi des objets dans des musées à l’étranger est un non-sens complet. Nos richesses sont presque entièrement ici dans ce pays. Alors pourquoi ai-je choisi d’illustrer des objets en grande partie issus de collections étrangères ? Parce que nos musées publics et nos autres institutions ne possèdent pas de photographies d’images en haute résolution et elles ne sont pas très communicatives.

Sandip : Vous appelez ce livre l’histoire d’un peuple. En quoi vouliez-vous que ce soit différent de l’histoire de l’Inde que nous apprenons en cours d’histoire à l’école ?
Vidya: Cela inclut des objets de l’élite, mais cela ne devrait pas être entièrement de l’élite. Je ne voulais pas que ce soit une histoire des maharajahs et des ranas et des empereurs et des différents rois. Par exemple, si vous regardez le magnifique ostensoir du tabernacle de Goan en argent. C’est un oiseau saisissant et l’ostensoir, qui représente en quelque sorte l’hostie, est le corps du Christ et le vin est le sang du Christ. Il a été commandé et offert à l’église par quelqu’un qui pouvait se permettre d’avoir créé une énorme chose en argent, mais les gens qui viendraient là-bas seraient des gens ordinaires, des gens qui allaient à l’église et qui pourraient voir cette belle objet.

Ou les beaux bijoux granulés du premier siècle de cette ère créés par un artisan inconnu. Il aurait été commandé et payé par un client fortuné qui aurait voulu le porter. Mais des pièces très similaires se trouvent en Andhra et également près d’Allahabad, dans une large partie du pays. Ce n’est pas seulement de l’embellissement pur ; il a une signification d’un autre type. En Inde, la parure a tellement plus de sens que dans de nombreux autres pays. Il apporte la fortune. Et en fait, si vous êtes sans bijoux, c’est presque considéré comme de mauvais augure.

Sandip : Vous vouliez raconter une histoire sur le type de multiculturalisme qui a toujours fait partie de l’histoire de l’Inde. Comme vous avez cette sculpture indienne qui a été trouvée à Pompéi. Que se passait-il là-bas ?
Vidya: Oui, c’est une belle pièce, elle mesure un peu moins de 10 pouces de hauteur, de l’ivoire, donc un matériau évidemment précieux. Jolie petite figurine d’une femme ornée de manière exubérante, un grand nombre de colliers, des bracelets allant du poignet au coude, des bracelets de cheville du genou à la cheville, magnifique petite pièce. Et, bien sûr, elle est la contrepartie exacte des sculptures en grès des Yakshis sur les premiers stupas, comme Sanchi en Inde centrale près de Bhopal. Au stupa de Sanchi, nous avons une inscription qui parle des sculpteurs d’ivoire de la ville voisine de Vidisha. Nous savons donc que la sculpture sur ivoire s’y déroulait. Et c’est évidemment une pièce créée par ces sculpteurs d’ivoire qui étaient aussi avec les tailleurs de pierre de Sanchi. Et que fait-elle à Pompéi ? Cela fait partie de ce métier extraordinaire. Les premiers siècles, avant notre ère et notre ère, étaient vraiment l’âge de l’entreprise mercantile d’une manière extraordinaire. Nous savons, par exemple, que le poivre était l’un des articles les plus importants provenant d’Inde, et c’était un article prisé à Rome. Nous avons récemment trouvé un livre de recettes romaines de cette période contenant 400 recettes, et seulement cinq d’entre elles n’utilisent pas de poivre.

Pour écouter le podcast complet, rendez-vous sur https://bit.ly/3mUO98D

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

.

" ["date_timestamp"]=> int(1630789227) } } ["channel"]=> array(7) { ["title"]=> string(25) "Business – Cool N Spicy" ["link"]=> string(22) "https://coolnspicy.com" ["lastbuilddate"]=> string(31) "Sun, 05 Sep 2021 05:16:39 +0000" ["language"]=> string(5) "en-US" ["sy"]=> array(2) { ["updateperiod"]=> string(9) " hourly " ["updatefrequency"]=> string(4) " 1 " } ["generator"]=> string(28) "https://wordpress.org/?v=5.8" ["tagline"]=> NULL } ["textinput"]=> array(0) { } ["image"]=> array(0) { } ["feed_type"]=> string(3) "RSS" ["feed_version"]=> string(3) "2.0" ["encoding"]=> string(5) "UTF-8" ["_source_encoding"]=> string(0) "" ["ERROR"]=> string(0) "" ["WARNING"]=> string(0) "" ["_CONTENT_CONSTRUCTS"]=> array(6) { [0]=> string(7) "content" [1]=> string(7) "summary" [2]=> string(4) "info" [3]=> string(5) "title" [4]=> string(7) "tagline" [5]=> string(9) "copyright" } ["_KNOWN_ENCODINGS"]=> array(3) { [0]=> string(5) "UTF-8" [1]=> string(8) "US-ASCII" [2]=> string(10) "ISO-8859-1" } ["stack"]=> array(0) { } ["inchannel"]=> bool(false) ["initem"]=> bool(false) ["incontent"]=> bool(false) ["intextinput"]=> bool(false) ["inimage"]=> bool(false) ["current_namespace"]=> bool(false) ["last_modified"]=> string(31) "Sun, 05 Sep 2021 05:54:51 GMT " ["etag"]=> string(36) ""6824adef46a76b5994f5bd24932427b1" " }